http://www.fides.org

Africa

2003-10-10

AFRIQUE / BURKINA FASO - UN COUP D’ETAT EST DEJOUE. LE CHEF DES MILITAIRES REBELLES SE SUICIDE EN PRISON

Ouagadougou (Agence Fides) – Echec d’un coup d’Etat au Burkina Faso. D’après des sources locales contactées à Ouagadougou par l’Agence Fides, les autorités locales ont arrêté 12 militaires de la Garde Présidentielle et un civil, M. Pascal Israël Paré, pasteur d’une Eglise non reconnue par l’Union des Eglises protestantes. « Les chef des putschistes, un lieutenant, se serait pendu dans sa cellule, mais les gens ont des doutes sur la version officielle » déclarent les sources de l’agence Fides.
L’arrestation des futurs putschistes a eu lieu le 7 octobre, avant qu’ils ne mettent à exécution leur projet de renverser le pouvoir. D’après le commissaire Abdoulaye Barry qui mène l’enquête, ils auraient obtenu l’appui d’au moins un Etat étranger. « La télévisions nationale a en effet déclaré que le coup d’Etat était organisé avec l’appui de la Côte-d’Ivoire et du Togo. La version du gouvernement déclare que les militaires avaient fait, durant les dernières semaines, plusieurs voyages dans ces deux Pays, en les accusant de vouloir déstabiliser le Burkina Faso… Il est toutefois très difficile de connaître la vérité » déclarent nos sources.
« La situation est calme, les gens vont travailler normalement… Dans la Capitale, on remarque seulement une présence plus grande des militaires dans les rues, qui surveillent les points stratégiques, comme le Palais présidentiel, le siège de la Radio nationale, l’Ambassade de France et les principales artères de la ville ».
Le Burkina Faso a été accusé par la Côte-d’Ivoire d’avoir appuyé la rébellion en Côte-d’Ivoire, et d’avoir fourni des armes à l’ancien Président Charles Taylor. « Dans le jeu des influences régionales réciproques, quelqu’un peut avoir décidé de lancer un signe au Burkina Faso, pour qu’il cesse d’appuyer ses activités de déstabilisation dans les pays voisins », concluent nos sources. (L.M.)
(Agence Fides, 10 octobre 2003, 27 lignes, 309 mots)

Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network