ASIE/BAHREIN - La grande aventure missionnaire des Vicariats Apostoliques d'Arabie

samedi, 5 novembre 2022 proche-orient   françois   evangélisation   mission   islam   congrégation pour l'evangélisation des peuples  

par Gianni Valente
Awali (Agence Fides) - Au Bahreïn, le royaume archipel qui a vu ce matin, samedi 5 novembre, quelque 30 mille personnes se rassembler au Bahrain National Stadium d'Awali pour participer à la concélébration liturgique présidée par le Pape François, les catholiques de 1938 étaient moins de cent cinquante. Aujourd'hui - selon les responsables de cette Église locale, par approximation - ils sont au moins 80 000. Une croissance surprenante, non planifiée, liée aux impressionnants flux migratoires qui, au cours des dernières décennies, ont amené des millions d'immigrants catholiques en quête de travail dans tous les pays de la péninsule arabique. La croissance considérable de la communauté catholique au Bahreïn et dans toute la péninsule arabique a eu lieu dans un pays dépourvu de structures ecclésiales puissantes et de "programmes" pastoraux bien définis. Des prêtres, des religieuses et des évêques missionnaires, venus eux aussi de loin, ont accompagné pendant des décennies, avec une sagacité apostolique, le chemin de ce peuple de Dieu bigarré, venu chercher du travail dans l'émirat - aujourd'hui Royaume - de Bahreïn. Les responsables de l'Église locale, agissant de concert avec la Congrégation de Propaganda Fide, ont également trouvé les moyens d'établir avec prévoyance de bonnes relations avec les autorités locales, en adaptant même les formes extérieures de la vie ecclésiale à la situation donnée. Se souvenir de quelques-unes de leurs figures est une façon de raconter l'une des aventures missionnaires les plus originales du siècle dernier.

La première église et l'évêque déporté
En 1938, les quelque 150 catholiques baptisés de Bahreïn ne pouvaient recevoir les sacrements que lors des visites sporadiques d'un prêtre carmélite de Bagdad dans l'archipel. Lorsque l'afflux d'immigrants catholiques à la recherche d'un emploi a commencé, l'évêque Giovanni Battista Tirinnanzi, vicaire apostolique d'Arabie - qui résidait à l'époque à Aden, au Yémen - s'est rendu à Bahreïn et a été reçu par l'émir de l'époque - Hamad bin Isa Al Khalifa, arrière-arrière-grand-père et homonyme du souverain actuel - à qui il a demandé un terrain pour construire une église, destinée à devenir le premier lieu de culte catholique érigé dans la région du golfe Persique à l'époque moderne. L'église, dédiée au Sacré-Cœur de Jésus, a été consacrée le 8 mars 1940. Après le début de la Seconde Guerre mondiale, les forces d'occupation britanniques au Yémen ont manifesté leur impatience face à la présence d'un évêque italien dans leur colonie, et le vicaire apostolique Tirinnanzi a été contraint de rentrer en Italie. Au Bahreïn, le frère capucin Irzio Luigi Magliacani avait été appelé de Toscane pour superviser la construction de l'église. En décembre 1941, le père Magliacani, étant italien, fut également arrêté par les troupes britanniques et déporté en Inde pour trois ans, dans un camp de concentration du district de Dehradun. En 1950, Magliacani lui-même est nommé Vicaire apostolique d'Arabie, tandis qu'en mai 1953, l'école du Sacré-Cœur, adjacente à la paroisse de Manama et confiée à la garde des Sœurs Comboniennes, voit le jour.
À partir du milieu des années 1950, l'afflux de travailleurs migrants catholiques au Bahreïn a commencé à croître de manière exponentielle. La paroisse a connu une expansion progressive de ses activités pastorales et caritatives sous la direction du pasteur Felicio Diniz.

Les 29 ans de vicariat de l'évêque Gremoli
À la fin des années 1960, Aden est devenue la capitale de la République démocratique populaire du Yémen, dirigée par les marxistes, et le Vicariat d'Arabie a perdu son siège historique. Après quelques années de "sede vacante", Paul VI a nommé en 1975 le frère capucin Giovanni Bernardo Gremoli comme vicaire apostolique d'Arabie, qui a été ordonné évêque par le cardinal brésilien Agnelo Rossi, alors préfet de la Congrégation pour l'évangélisation des peuples. Gremoli est resté à la tête du vicariat - dont le siège avait été transféré à Abu Dhabi - jusqu'en 2005. En 2008, racontant dans une interview sa longue expérience et la patience dont il a fait preuve dans les négociations avec les autorités locales pour obtenir les autorisations de construire de nouvelles églises, Mgr Gremoli a souligné que les dirigeants des pays inclus dans le Vicariat avaient souvent exprimé leur appréciation pour "la bonne conduite de nos catholiques, qui se sont toujours efforcés d'observer les règles locales de coexistence et ont fait preuve d'une ferveur religieuse qui a impressionné positivement les autorités locales". La dynastie qui dirige Bahreïn, avait souligné Mgr Gremoli, a toujours été bienveillante à l'égard des catholiques.
La compagnie des martyrs et des saints
En 2005, le missionnaire combonien Camillo Ballin, originaire de Vénétie, a été nommé vicaire apostolique du Koweït et a été consacré évêque dans la cathédrale de Kuwait City par le cardinal Crescenzio Sepe, à l'époque préfet de la Congrégation de la Propagande Fide. En 2011, le Saint-Siège a redessiné les circonscriptions ecclésiastiques dans les pays de la péninsule arabique, étendant la juridiction du vicariat apostolique du Koweït aux territoires de Bahreïn, du Qatar et de l'Arabie saoudite. Ainsi est né le Vicariat Apostolique de l'Arabie du Nord, confié à la direction de l'évêque combonien . Pendant 15 ans, le vicaire apostolique Ballin a également servi avec réalisme les nombreuses communautés de catholiques baptisés - plus de deux millions, dont plus d'un million en Arabie saoudite, qui n'a pas d'églises - qui sont arrivés dans son vicariat apostolique suite au flux d'immigration de dizaines de nations différentes, à commencer par l'Inde et les Philippines.
Dans ses interventions publiques, également en réponse à des questions visant à souligner les contrastes entre le christianisme et l'islam, Mgr Ballin - qui, pour se déplacer plus facilement dans les territoires du Vicariat, avait pris un passeport bahreïni - a reconnu que dans les pays inclus dans le Vicariat qui lui a été confié "il n'y a pas de persécutions en cours". L'intensité du regard de foi avec lequel il regardait les vicissitudes des chrétiens de la péninsule arabique avait également surgi dans les paroles qu'il avait confiées à l'Agence Fides (voir Fides 5/3/2016) à l'occasion du martyre des quatre sœurs missionnaires de la Charité massacrées le 4 mars 2016 au Yémen par le commando de terroristes qui avaient pris d'assaut ce jour-là une maison de retraite de la ville d'Aden, tuant 12 autres personnes en plus des religieuses. " Plus l'Église est proche de Jésus-Christ ", avait dit le vicaire apostolique de l'Arabie du Nord face à ces événements de martyre, " plus elle partage sa passion ". "Ceux qui s'approchent du Christ sont impliqués dans sa passion et sa mort, pour être impliqués aussi dans la gloire de sa victoire".
L'évêque Ballin est mort de maladie le 12 avril 2020. Le vicariat apostolique d'Arabie du Nord est désormais dirigé par l'administrateur apostolique Paul Hinder, l'évêque capucin suisse qui, jusqu'en mai dernier, dirigeait également le vicariat apostolique d'Arabie du Sud (dont la juridiction comprend les Émirats arabes unis, Oman et le Yémen). C'est l'évêque Hinder (voir photo) qui a adressé les mots de remerciement habituels au pape François à la fin de la messe célébrée dans le stade national de Bahreïn. "Comme votre patron Saint François d'Assise, a dit Mgr Hinder en s'adressant au Successeur de Pierre, vous n'avez pas peur de jeter des ponts avec le monde musulman et de montrer votre proximité fraternelle avec toutes les personnes de bonne volonté, quelles que soient leurs origines culturelles et leurs croyances religieuses. Nous, chrétiens du Moyen-Orient - ceux de l'ancienne tradition orientale et ceux qui, en tant que migrants, résident temporairement dans cette partie du monde - cherchons à mettre en œuvre l'invitation de saint François à ses frères à "vivre spirituellement parmi les musulmans... à ne pas se disputer et à (simplement) reconnaître que (nous) sommes chrétiens"". (Agence Fides 5/11/2022)


Partager: