ASIE/SYRIE - LÉglise orthodoxe d'Antioche : la guerre en Ukraine dévaste les peuples "sortant des mêmes fonts baptismaux"

jeudi, 3 mars 2022 proche-orient   eglises orientales   orthodoxie   guerres   géopolitique   baptême  

mospat.ru

Damas (Agence Fides) - Pour mettre fin aux " événements douloureux " qui se déroulent en Ukraine, les Évêques de l'Église grecque-orthodoxe d'Antioche demandent de se pencher sur les " liens spirituels entre les peuples russe et ukrainien, qui ont émergé des mêmes fonts baptismaux ", et implorent que la fraternité donnée par le baptême commun montre son efficacité, permettant de " surmonter le conflit, de parvenir à la réconciliation et de consolider la paix ". L'appel a été lancé le mercredi 2 mars depuis Damas, où les Évêques du Synode de l'Église grecque orthodoxe d'Antioche se sont réunis en session extraordinaire, sous la présidence du patriarche Yohann X, pour discuter et proposer des remèdes spirituels aux événements tragiques d'oppression qui sèment la souffrance parmi les nations et les peuples historiquement marqués par le lien partagé avec le christianisme orthodoxe.
Dans le communiqué publié à l'issue de leur réunion d'urgence, les Évêques de l'Église grecque orthodoxe d'Antioche ont déclaré qu'ils suivaient "avec une profonde tristesse et un grand chagrin les événements douloureux en Ukraine", et qu'ils avaient élevé des prières "pour la paix en Ukraine et dans le monde entier, et pour que Dieu tout-puissant inspire les décideurs à privilégier la logique de la paix et à adopter le langage du dialogue, afin d'épargner à tous de nouvelles destructions et pertes humaines". En particulier, les Évêques du Patriarcat de Damas ont exprimé leur solidarité avec les pasteurs de l'Église orthodoxe ukrainienne dirigée par le métropolite Onofry, qui est toujours canoniquement soumise au Patriarcat de Moscou. Dans le message du synode de l'Église orthodoxe d'Antioche, il n'est toutefois pas fait mention de l'Église orthodoxe autocéphale née en Ukraine en 2019, après l'octroi du Tomos d'autocéphalie (document d'indépendance) par le patriarche œcuménique Bartholomée Ier.
L'invasion russe de la nation ukrainienne aggrave et élargit les lacérations qui, ces dernières années, avaient déjà blessé les relations entre les Églises d'orthodoxie, avec pour épicentre le conflit entre le Patriarcat de Moscou et le Patriarcat œcuménique de Constantinople concernant le statut canonique des communautés chrétiennes orthodoxes en Ukraine. À cet égard, lors de leur réunion, les Évêques du Patriarcat grec orthodoxe d'Antioche ont réaffirmé la nécessité de toujours suivre le "principe du consensus", qui oblige les Églises orthodoxes canoniquement reconnues à aborder et à résoudre les questions controversées de manière consensuelle, en ne mettant en œuvre des dispositions et des changements que lorsqu'il existe une convergence substantielle de toutes les Églises orthodoxes individuelles, de manière à garantir leur unité et à ne pas déchirer leur pleine communion. En ce qui concerne la situation en Syrie, où la présidence de Bachar al Assad a survécu aux années de guerre grâce au soutien militaire russe, les Évêques de l'Église grecque orthodoxe d'Antioche ont rappelé l'urgence de trouver une "solution politique" au chaos et aux foyers de guerre persistants dans le pays. Les Évêques du Patriarcat ont rappelé la nécessité de mettre fin aux sanctions économiques qui affament les couches les plus faibles de la population, et ont réitéré dans le même temps leur opposition aux desseins géopolitiques visant à démembrer l'unité territoriale de la Syrie, réaffirmant que la "solution politique" souhaitée doit prendre en compte "les aspirations du peuple syrien", visant à promouvoir la réconciliation nationale et à maintenir "l'unité de l'État syrien".
(GV) (Agence Fides 3/3/2022)


Partager:
proche-orient


eglises orientales


orthodoxie


guerres


géopolitique


baptême