AFRIQUE/EGYPTE - Prédicateur sunnite poursuivi par le gouvernement égyptien après avoir proposé un mea culpa d'al-Azhar pour les guerres de conquête islamiques

jeudi, 6 février 2020 proche-orient   islam   chiites   sunnites   histoire  

CoptsToday

Le Caire (Agence Fides) – Un prédicateur sunnite exprime un jugement historique critique sur les campagnes de conquête militaire menées au cours des siècles passés sous la bannière de l'islam, les comparant aux Croisades et le Ministère des dotations religieuses égyptien le punit, l’empêchant d'enseigner et de prêcher dans les mosquées et remarquant que ses thèses « ne représentent pas » la pensée et la position de l'Université d'al-Azhar, plus important centre universitaire de l'islam sunnite. C'est ce qui est arrivé à Nasha’at Abd el Sami’i Zari’i, prédicateur revêtant des fonctions près le Bureau des dotations religieuses du gouvernorat de Daqahliyya. Le prédicateur avait adressé à la communauté universitaire d'al-Azhar un appel à présenter des excuses au monde entier pour les guerres de conquête islamiques, mettant en évidence que de telles campagnes de conquête ne représentaient pas une manifestation de la nature intime de l'islam. Parmi ses arguments, le chercheur avait également introduit une comparaison avec les Croisades. Ces entreprises militaires – avait-il souligné – sont maintenant critiquées par les historiens y compris par ceux qui soulignent qu'elles n'avaient rien à faire avec l'Evangile et la nature propre du Christianisme. De même – avait-il ajouté – le temps est venu de reconnaître et d'affirmer que les guerres de conquête islamiques doivent être considérées comme des opérations politiques et militaires et qu'elles n'ont rien à faire avec les « piliers » authentiques de l'islam.
Les considérations du prédicateur sunnite ont provoqué des réactions éloquentes. Les responsables mêmes des dotations religieuses de Daqahliya – indiquent les moyens de communication égyptiens – ont envoyé un mémorandum concernant les initiatives du prédicateur au siège central du Ministère, qui a disposé son encontre l'interdiction de prêcher dans les mosquées, rappelant qu'il avait déjà été signalé dans le cadre de mesures disciplinaires à deux reprises au moins, lorsque, au cours de voyages en Irak et en Iran, il avait lancé des appels publics en faveur du dépassement de tout contraste et division entre sunnites et chiites.
Dans ses interventions et leçons, Nasha’at Zari’i a l'habitude de citer des sources islamiques faisant autorité, à partir des enseignements d'Ali ibn Abi Talib (556-661 après Jésus-Christ), cousin et gendre de Mahomet, reconnu comme premier imam par l'islam chiite. Le Ministère pour les dotations religieuses, en motivant les mesures disciplinaires à l'encontre de Nasha’at Zari’i a remarqué que la pensée du prédicateur sanctionné n'est pas représentatif de la communauté théologique et universitaire d'al Azhar. (GV) (Agence Fides 06/02/2020)


Partager:
proche-orient


islam


chiites


sunnites


histoire