ASIE/MYANMAR - Prise de position de l’Archevêque de Yangon contre le projet de digue de Myitstone

mardi, 29 janvier 2019 environnement   ecologie   droits fondamentaux   pauvreté   agriculteurs   politique  

Yangon (Agence Fides) – « Nous, peuple du Myanmar, les larmes aux yeux, le cœur secoué par la peur et la douleur, frappons à la porte de nos gouvernants et de la communauté internationale. Face à la triste perspective de perdre notre terre, l'Irrawaddy, à cause de la réalisation de la digue de Myitstone, du fait de l’avidité d’une superpuissance, en tant que citoyens du Myanmar, nous demandons de l’aide à toutes les personnes de bonne volonté ». Tel est l’appel éploré diffusé par S.Em. le Cardinal Maung Bo, Archevêque de Yangon et Président de la Fédération des Conférences épiscopales d’Asie (FABC).
Dans son appel, envoyé par le Cardinal à l’Agence Fides, il explique : « L'Irrawaddy n’est pas seulement un fleuve pour nous. Il ne s’agit pas d’une marchandise à troquer. Il s’agit de la mère sacrée de tout peuple habitant le Myanmar. Son histoire se mêle à celle du pays. Comme un joyau au cou de notre nation, l'Irrawaddy traverse l’ensemble du pays sur des milliers de kilomètres. Il est le témoin de nos douleurs, de nos joies et de notre histoire blessée. Il constitue notre espérance et notre destin ».
Le Cardinal poursuit : « Pour un nation dont 80% de la population vit de l’agriculture, l'Irrawaddy constitue un inlassable compagnon de vie. Il vient en dansant des montagnes. Ses méandres mystiques traversent l’âme de la nation. Sa générosité envers les pauvres paysans fait de lui l’identité sacrée de la nation. Ce fleuve est le symbole le plus sacré de notre nation ».
Après des décennies pendant lesquelles les grandes puissances ont exploité les ressources du Myanmar, le texte relève que « de récents événements internes au pays ont encore augmenté les pressions exercées par certains pays sur notre nation : menaces et chantages ont utilisés en toute impunité ». Dans ce cadre, « la digue de Myitstone – affirme le texte – constitue la condamnation à mort de la population du Myanmar. La sombre perspective de millions d’agriculteurs perdant leur moyen de subsistance, de l’abus des sites sacrés sis le long des fleuves, de la mort et de la destruction de la précieuse flore et faune de notre nation devient actuellement une réalité cauchemardesque. Cette digue causera une catastrophe environnementale. La digue de Myitstone est une potion empoisonnée qui provoquera une guerre chronique. La paix disparaitra et un triste avenir attend le peuple du Myanmar. Nous ne le méritons pas ».
L’appel se poursuit en indiquant : « pour un avenir de paix, la digue de Myitstone doit être bloquée. L’ancien Président, U Thein Sein, a pris la courageuse initiative de bloquer les travaux de la digue. Nous croyons que tous, au Myanmar, soutiendront l’abrogation de tout traité qui offenserait notre mère Irrawaddy'. Ceux qui soutiennent la reprise des travaux de la digue de Myitstone sont comme des fils et des filles qui réifieraient leurs parents pour en obtenir des gains monétaires. L’histoire ne pardonnera jamais à ceux qui vendent notre mère l'Irrawaddy ».
Le Cardinal affirme par ailleurs : « Au nom de tout le peuple du Myanmar, et en particulier au nom des paysans pauvres, nous demandons sincèrement à toutes les parties intéressées d’interrompre les tentatives visant à abuser de notre mère, Irrawaddy. Nous invitons vivement le peuple du Myanmar à collaborer afin de protéger la dignité de l'Irrawaddy. Nous sommes confiants dans le fait que nos responsables résisteront à tous les efforts visant à détruire le destin et la dignité de notre nation ». (PA) (Agence Fides 29/01/2019)


Partager: