INTENTION MISSIONNAIRE - Mai 2006 : “Pour que dans les pays de mission les responsables des institutions publiques organisent et défendent, par des lois opportunes la vie humaine depuis sa conception jusqu’à son terme naturel” Commentaire à l’Intention Missionnaire indiquée par le Saint-Père confiée à Son Eminence le Cardinal Juan Sandoval Iniguez, Archevêque de Guadalajara (Mexique)

vendredi, 28 avril 2006

Guadalajara (Agence Fides) - Pour que dans les pays de mission … “Allez donc et de toutes les nations faites des disciples les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit” (Mt. 28,19). Cet envoi du Seigneur est toujours vivant dans l’esprit et le coeur de l’Eglise. L’Eglise est missionnaire par nature, “envoyée par Dieu aux gentils pour être 'sacrement universel de salut', l’Eglise, par exigence radicale de sa catholicité, obéissante au mandat de son fondateur, s’efforce d’annoncer l’Evangile à tous les hommes”.(Ad gentes 1).
Les missions naissent dans le coeur amoureux d’un Dieu qui ne se résigne pas à l’éloignement ni à l’abandon de ses fils et de ses filles. L'amour du Père est un amour sans frontière. Il n’y a pas de limites de territoire, de culture, de race, de croyance, nous sommes tous des enfants du Dieu Trine. Que tous te connaissent Toi, Unique et Vrai Dieu.
Les responsables des institutions publiques… L'apôtre saint Paul nous dit : “je recommande donc, avant tout que se fassent des prières, des suppliques, des intercessions et des actions de grâce en faveur de tous les hommes, pour les rois et pour tous ceux qui exercent l’autorité, afin que nous puissions parcourir une vie tranquille et sereine, avec chaque piété et dignité” (1Tim. 2,1-2).
L'objectif inné de la politique est le bien commun de toutes le personnes et de tous les groupes. Une bonne activité politique est le mode pour aider les personnes afin qu’elles vivent dans la liberté et la solidarité qui correspond à la dignité humaine et le résultat de la justice sociale et de la paix.
Ce que nous dit le Compendio de la Doctrine Sociale de l’Eglise est très clair pour tous : “les autorités veillent avec attention afin qu’une restriction de la liberté ou n’importe quelle autre charge imposée à l’actualisation des personnes ne lèse jamais la dignité personnelle et garantisse l’exercice effectif des droits humains" (Compendio de la Doctrine Sociale de l’Eglise,133)
Prions afin que dans tous les pays de la terre il y ait une obéissance libre et responsable aux autorités qui font respecter la justice, en assurant le bien commun.
Ils agissent et défendent par des lois opportunes…. “Ainsi fait celui qui craint le Seigneur, et qui se saisit de la loi a la sagesse" (Sir.15,1).
Les lois des Etats ont comme objectif propre d’assurer le bien des personnes et défendre les plus faibles et sans défense. L’Etat a le devoir de défendre la vie des citadins et le bien commun. Aucune enquête ou opinion de la majorité ne peut porter atteinte aux biens primordiaux de l’humanité. Si cela se produit, “toute référence à des valeurs communes et à une vérité absolue pour tous devient moins ainsi : la vie sociale s’aventure dans les sables mouvants d’un relativisme total. A ce moment-là tout est négociable, tout est conventionnel : même le premier des droits fondamentaux, celui à la vie" (EV 20).
Le caractère impératif de la loi cherche le bien de chacun de nous et de tous, et s’oppose justement à cause de cela au jugement de l’individu qui veut être l’arbitre de la valeur des propres actions, nous enlève notre spontanéité émotive. Le fondement de l’universalité de la loi serait sa référence aux exigences du bien commun. Ceci est le reflet de sa rationalité. Pour cela les lois naissent dans le milieu de la citoyenneté, de la vie commune. Ils sont l’encadrement objectif de la responsabilité humaine. La loi ne doit pas être comprise seulement sur une base juridique réductrice mais elle doit être réalisée par la vision morale, ainsi la base de l’universalité de la loi morale, et sa nécessité d’une codification sociale du comportement, trouvent leur racine objective dans les exigences de la réciprocité humaine. Les autorités politiques ne doivent pas être comprises dans un sens purement organisé des conventions sociales ou des jugements individuels. L'ordre public doit chercher les formes justes et bonnes de la vie commune. La loi ne doit pas seulement interdire ou sanctionner, elle doit instruire afin qu’elle demeure toujours actuelle. N’importe quel type de loi qui directement ou indirectement oblige à aller contre la vie serait doublement une loi irrationnelle et inique. Prions afin qu’il y aient toujours des lois justes et à la défense de la vie humaine.
La vie humaine de la conception jusqu’à son terme naturel. “Faisons l’homme à notre image, conforme à notre ressemblance, et qu’il ait domination sur la mer, les oiseaux du ciel, les bêtes, toute la terre et sur tous les reptiles qui rampent sur la terre” (Gn. 1,26-27).
L’Eglise catholique s’est toujours distinguée pour la défense de la vie et les décrets du magistère sont innombrables. Comme exemple citons ces deux textes clairs : “Il est nécessaire que ne se perde jamais de vue le respect de la dignité humaine, depuis la conception jusqu’aux derniers stades de la maladie ou états les plus sérieux d’obscurité des facultés mentales. Permettez-moi que je répète ici la conviction de l’Eglise : l'être humain conserve toujours sa valeur comme personne, étant donné que la vie est un don de Dieu… L’insistence de l’Eglise pour sauvegarder chaque vie depuis sa conception se fonde sur une exigence éthique qui dérive de ce que l’homme même est” (Jean-Paul II, Strasbourg, 8-X-1988).
“Je n’hésite pas à proclamer devant vous et devant le monde que toute vie humaine - depuis le moment de la conception et durant les suivants - est sacrée, parce que la vie humaine a été créée à l’image de Dieu et à l’image de Dieu. Rien ne dépasse la grandeur ou la dignité de la personne humaine. La vie humaine n’est pas seulement une idée ou une abstraction. La vie humaine est la réalité concrète d’un être qui vit, agit, grandit et se développe ; la vie humaine est la réalité concrète d’un être capable d’amour et de service à l’humanité". (Jean-Paul II, Rome,27-X-1980).
Prions continuellement afin que se répète la vie depuis sa conception jusq’à sa mort naturelle. + Juan Card. Sandoval Iñiguez (Agenzia Fides 28/4/2006; righe 73, parole 1058)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network