AFRIQUE/SOUDAN DU SUD - Visite de la Communauté de Taizé au Soudan du Sud et construction de la paix par la prière

vendredi, 13 octobre 2017 paix   réconciliation   prière   guerres   evangélisation   jeunes  

Rumbek (Agence Fides) – La paix naît dans le cœur de tout homme et se construit, au sein de la société et de la nation, par la prière. Tel est le message laissé par les représentants de la Communauté de Taizé aux jeunes des écoles du Soudan du Sud. Ainsi que l’a appris Fides, les jeunes filles d’un établissement d’enseignement secondaire catholique du Soudan du Sud, sous la conduite des Sœurs de Lorette, continuent aujourd’hui à tirer inspiration de la Communauté de Taizé, communauté œcuménique fondée en France.
Sœur Orla Treacy, Directrice de la Loreto Girls Secondary school, sise dans le Diocèse de Rumbek, au Soudan du Sud, raconte à Fides la rencontre entre les élèves de son institut et la communauté de Taizé, présente au Kenya et en France. « Nous avons cultivé une longue amitié avec la communauté de Taizé au Kenya, grâce aux visites du Frère Luc de Nairobi au Soudan du Sud. L’an dernier, deux de nos diplômées ont passé trois mois avec la communautés et les jeunes de Taizé en France » poursuit la religieuse.
La Loreto Girls Secondary school de Rumbek a eu 116 jeunes diplômées de 2011 à 2017 et la structure compte actuellement 240 inscrites. En évoquant la récente visite de deux frères de Taizé à l’école du Soudan du Sud, Sœur Treacy a raconté à Fides l’appréciation des élèves pour le message de la communauté de Taizé : « Le message de Taizé est celui de la réconciliation et de la paix : un thème précieux et qui, aujourd’hui, nous parle, au Soudan du Sud. Nous avions demandé au Frère Luc de revenir partager avec nous l’esprit de leur communauté et nous avons été encore plus heureuses lorsqu’il m’a dit que le Prieur de Taizé, Frère Alois, serait venu lui aussi bien volontiers visiter le Soudan du Sud ».
Les deux frères de Taizé ont passé plusieurs jours à Juba, avant de venir à Rumbek. Dans la capitale, ils ont visité les évacués dans les camps. Arrivés à Rumbek, ils ont rendu visite à la communauté catholique locale et aux communautés religieuses, passant également une matinée à la léproserie située à peine hors de la ville. Dans l’après-midi, a eu lieu en revanche la rencontre avec les jeunes, au cours de laquelle ils ont prié, lu la Bible et chanté.
Sœur Treacy explique à Fides : « Vue la situation que nous vivons au Soudan du Sud, malgré les difficultés et un climat social conflictuel, nous cherchons toujours à trouver des moyens pour aider les jeunes filles à se connecter profondément avec Dieu et pour trouver la paix en elles ». Les jeunes filles ont appris à apprécier et à aimer le style de prière et les chants de la communauté de Taizé, continuant à prier de cette manière après le départ des deux frères.
Le Soudan du Sud, la plus jeune nation du monde, après plusieurs mois de tensions politiques, a sombré dans la guerre civile en décembre 2013, lorsque des officiers de sécurité fidèle au Président ont affronté ceux fidèles au Vice-président de l’époque, Riek Machar.
Dans ce contexte, le message laissé aux jeunes filles par le Frère Luc a été « un message de paix et un fort encouragement. Le Frère Alois a rappelé aux jeunes filles qu’elles devaient prier pour la paix au Soudan du Sud et pour les jeunes du Soudan du Sud. Il les a invitées à porter la lumière du Christ dans leur vie, la seule qui puisse donner l’espérance et ouvrir tous les cœurs » conclut Sœur Orla Treacy. (PA/BO) (Agence Fides 13/10/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network