ASIE/INDONESIE - Expériences de vraie fraternité entre chrétiens et musulmans dans les zones à majorité catholique

mercredi, 6 septembre 2017 islam   dialogue   minorités religieuses  

Lembata (Agence Fides) – Dans le pays à majorité islamique le plus peuplé du monde, l’Indonésie, existent également de petites zones à majorité catholique, en particulier dans la partie centrale du vaste archipel asiatique. Ce sont justement les zones dans lesquelles la coexistence interreligieuse et l’harmonie entre chrétiens et musulmans est particulièrement ressentie et développée. Ainsi que l’a appris Fides, dans le district de Lembata, à majorité catholique, appartenant à la province de Nusa Tenggara orientale, sise en Indonésie centrale, règne un climat d’harmonie qui implique solidarité et aide réciproque. « A chaque fois que nous célébrons une fête religieuse, nous bénéficions d’un excellent service et d’une aide de la part des catholiques. Nos jeunes se sentent véritablement honorés de la manière dont ils sont traités par les jeunes de leur âge de foi chrétienne » raconte à Fides Rajuni Welin, chef d’un village du district de Lembata.
Ces jours derniers, à la veille de la fête islamique du sacrifice d’Abraham, célébrée le 1er septembre, de nombreux catholiques ont proposé à la communauté islamique d’offrir une contribution valide à la préparation de la fête. Rajuni Welin note que, « durant les fêtes religieuses musulmanes, le comité préparatoire est composé de nombreux catholiques et, vice versa, lorsque les catholiques célèbrent Noël ou Pâques, les musulmans s’engagent et les préparent en leur compagnie ».
Cette année, ajoute-t-il, le Président du Comité organisateur des préparatifs de la fête du sacrifice d’Abraham était Frederikus Daeng, un catholique qui est à la tête du Conseil pastoral de la Paroisse locale. « Il s’agit d’une tradition que nous entendons maintenir pour démontrer une véritable fraternité entre musulmans et catholiques dans le district de Lembata. Notre relation fraternelle nous rend unis dans la vie sociale – explique-t-il. Durant la fête du sacrifice d’Abraham, les musulmans du cru ont souligné refuser toute lecture intégriste ou fondamentaliste du coran, un signe important – conclut Rajuni Welin – dans un pays qui se trouve actuellement exposé à la contamination de l’idéologie de groupes radicaux islamiques tels que le prétendu « Etat islamique » qui promeut la violence, la haine et la division entre les communautés religieuses. (PP-PA) (Agence Fides 06/09/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network