AMERIQUE/ETATS UNIS - Témoignage de l’Archevêque de Los Angeles à propos des tensions chez les migrants

samedi, 18 février 2017 politique   migrants  
"Angoisse et peur chez les enfants", augmentation

vanguardiadelpueblo.do

"Angoisse et peur chez les enfants", augmentation de la tension parmi les migrants

Modesto (Agence Fides) – « Si l’on veut comprendre l’impact des opérations des gardes frontières américains dans plus de 60 communautés de tout le pays seulement en ce début du mois de février, nous pouvons écouter les enfants. Ils ne veulent pas aller à l’école en pensant que leurs parents sont sur le point d’être rapatriés pendant qu’ils ne sont pas là » affirme S.Exc. Mgr José Gomez, Vice-président de la Conférence épiscopale des Etats-Unis au U.S. Regional World Meeting of Popular Movements ayant lieu à la Central Catholic High School de Modesto en Caroline du Nord.
« Nous avons des enfants à la Dolores Mission – raconte Ellie Hidalgo, responsable de la Pastorale sociale de la Paroisse – et si leurs parents arrivent en retard à la maison après le travail, ils deviennent immédiatement anxieux. La situation devient actuellement très tendue et confuse, selon ce qu’Ellie Hidalgo continue à raconter dans la note parvenue à Fides. « Et si les parents ne reviennent pas à la maison, où iront ces enfants ? Dans les Paroisses et les cliniques associées de tout le pays en ce moment, nous offrons des rencontres d’information visant à aider les personnes en situation irrégulière de manière à pouvoir connaître leurs droits, comment procéder si les personnels de l’Immigration et des Douanes des Etats-Unis se présentent à leur porte. Par exemple, les agents ne peuvent entrer si la porte ne leur est ouverte. Ensuite, il permet d’indiquer quel programme est pensé pour leurs enfants dans le cas où il leur arriverait quelque chose » explique Ellie Hidalgo. « Il faut même conserver leur allergies, les numéros de téléphone de leurs médecins, le numéro d’assurance sanitaire etc. ».
« En outre, il est toujours nécessaire de disposer d’un document signé, la procuration, permettant la concession de pouvoirs à quelqu’un, procuration qu’il serait bon de tenir à portée de main. Il pourrait ne pas être nécessaire mais, dans le climat actuel, il est toujours mieux de prévenir que de guérir. L’une de nos grandes peurs est que n’ayant pas fait de procuration, l’enfant puisse finir dans le système des adoptions, ce qui représente une possibilité réelle ».
La rencontre des Mouvements populaires, promue par le Saint-Siège, a été programmée avant la victoire de Donald J. Trump et avait comme principale préoccupation la situation des migrants en situation irrégulière. (CE) (Agence Fides 18/02/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network