EUROPE/ESPAGNE - Témoignage du Directeur national des Œuvres pontificales missionnaires du Maroc sur l’absence de peur liée à l’existence d’une amitié entre chrétiens et musulmans

jeudi, 19 janvier 2017 oeuvres pontificales missionnaires   enfants des rues   pauvreté  
Le Père Simeone Czeslaw Stachera, Directeur nation

Le Père Simeone Czeslaw Stachera, Directeur national des Œuvres pontificales missionnaires du Maroc

Madrid (Agence Fides) – « Simeone Czeslaw Stachera, Directeur des Œuvres pontificales missionnaires du Maroc et Vicaire général de Tanger, est surtout un missionnaire ». C’est ainsi qu’a été présenté hier par le Directeur national des Œuvres pontificales missionnaires d’Espagne, le Père Anastasio Gil, ce missionnaire franciscain d’origine polonaise qui a œuvré pendant de nombreuses années en Bolivie. Aujourd’hui « pasteur de tous » et non pas seulement de la petite communauté chrétienne du Maroc, le Père Stachera a affirmé que, « lorsqu’il existe l’amitié entre chrétiens et musulmans, la peur est absente. Voila pourquoi l’Eglise au Maroc sait bien qu’elle ne peut demeurer dans les églises mais qu’elle doit sortir en direction de tous, vers les familles, là où il est possible de conserver et de donner une dignité à la vie humaine ».
En tant que Directeur national des Œuvres pontificales missionnaires du Maroc, son travail avec les enfants se déroule sur trois fronts : le premier est celui des minorités chrétiennes, auprès desquelles il est nécessaire d’œuvrer surtout auprès des enfants des travailleurs étrangers qui passent une période dans le pays ; le deuxième concernant l’éducation des enfants marocains et la lutte contre la pauvreté. A ce propos, il a mis en évidence la générosité de l’Eglise en Espagne, en termes de personnel – 78 missionnaires espagnols présents dans le pays – et d’aides économiques. Le troisième domaine d’intervention, depuis 5 ou 6 ans, concerne les enfants des migrants les plus vulnérables, allant de ceux qui sont abandonnés jusqu’à ceux qui perdent leurs parents.
Le Directeur national des Œuvres pontificales missionnaires du Maroc a mis en évidence en ce domaine l’implication personnelle de l’Archevêque de Tanger, lui aussi missionnaire franciscain espagnol, S.Exc. Mgr Santiago Agrelo. Le Père Stachera a déclaré sans ambages que « tout ce qui concerne les migrants nous appartient ».
La conférence de presse organisée par les Œuvres pontificales missionnaires à Madrid à l’occasion de la Journée de l’Enfance missionnaire, qui sera célébrée en Espagne Dimanche prochain, 22 janvier, s’est achevée par une intervention du Père Gil qui a indiqué dans le détail la contribution des Œuvres pontificales missionnaires dans ce pays d’Afrique, se plaignant du fait que la seule information présente sur le Maroc est toujours celle « du filet qui nous sépare » alors que « les enfants qui vivent au Maroc sont comme ceux qui vivent dans notre ville ». Le Père Gil a souligné enfin que « de l’autre côté du mur, de nombreux enfants reçoivent l’aide de l’Enfance missionnaire, y compris de nombreux musulmans alors que nous recevons de là le témoignage d’une vie de foi qui nous pousse à nous engager davantage ». (CE) (Agence Fides 19/01/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network