ASIE/BANGLADESH - Etre une femme journaliste au Bangladesh: un défi

mardi, 17 janvier 2017 droits fondamentaux  

LuisCarlos Díaz

Dacca (Agence Fides) – Le journalisme au Bangladesh est une profession qui attire de nombreuses personnes des deux sexes mais qui, à cause de préjudices sociaux et environnementaux hostiles, voit le nombre de femmes employées dans les moyens de communication demeurer réduit. D’un rapport récemment rendu public, il ressort que dans le pays, seuls 5% des personnes travaillant pour la presse écrite sont des femmes et 25% de celles qui travaillent dans le cadre de moyens de communication en ligne.
Etre femme et journaliste n’est souvent pas si facile. « Il faut être prêtes des obstacles et des défis en tout genre, à commencer par la défiance de la famille qui veut que les femmes soient en sûreté » raconte la vice directrice de United News of Bangladesh (UNB). « Au sein de notre société, les femmes sont, en tant que telles, souvent compromises. Il n’est pas possible d’aller loin en tant que femme. Il n’est pas possible non plus de travailler le soir en tant que femme etc. » continue la note parvenue à Fides.
News Network, une organisation sans but lucratif qui soutient les moyens de communication, a été la première, dans les années 1990, à offrir une formation en journalisme à des étudiantes par le biais de programmes de bourses d’études. L’organisation a également formé près de 300 jeunes futures journalistes, notamment avec le soutien de Diakonia, Free Press et de l’Agence des Etats-Unis pour le développement international. Le programme a eu du succès dans la mesure où 60% des participantes travaillent actuellement pour le compte d’importants moyens de communication du pays. (AP) (Agence Fides 17/01/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network