AFRIQUE/MOZAMBIQUE - 5.000 évacués et 2.500 réfugiés au Malawi : le résultat du conflit latent avec la RENAMO

mercredi, 30 novembre 2016 groupes armés   politique  

Maputo (Agence Fides) – Plus de 5.000 personnes ont dû évacuer leur domicile dans le centre du Mozambique suite au conflit politique et militaire opposant le principal parti d’opposition, la RENAMO, et le gouvernement du FRELIMO. A ceux-ci viennent s’ajouter 2.500 autres personnes réfugiées au Malawi, pays limitrophe, selon les données fournies par le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés.
La RENAMO (Résistance nationale mozambicaine) constitue l’ancien mouvement de guérilla ayant combattu de 1976 à 1992 dans le cadre de la guerre civile. Après les accords de paix de Rome, signés en 1992, la RENAMO s’est transformée en un parti d’opposition même si elle a repris les armes en 2013 pour défier le FRELIMO (Front de libération du Mozambique), aux affaires depuis l’indépendance du pays en 1975.
Les rebelles perpètrent des attaques sur les routes principales et parfois dans les villages, en particulier dans le centre du pays, accusant l’armée de vouloir assassiner leur responsable, Afonso Dhlakama, qui se cache dans sa place forte, sise dans les montagnes de Gorongosa depuis octobre 2015.
La crise politique et militaire s’est transformée en un conflit latent, qui a connu un pic de tension au début de cette année, malgré la reprise des négociations entre la RENAMO et le gouvernement à la fin du mois de mai. (L.M.) (Agence Fides 30/11/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network