AMERIQUE/COLOMBIE - Demande de suspension du projet hydroélectrique El Quimbo de la part de la population

vendredi, 18 novembre 2016 environnement   zones de crise   politique  
Projet hydroélectrique d'El Quimbo

Projet hydroélectrique d'El Quimbo

Garzón (Agence Fides) – « La paix n’est pas la simple absence de guerre pas plus qu’elle ne peut se réduire uniquement à la stabilisation de l’équilibre des forces adverses. Elle n’est pas l’effet d’une domination despotique mais est en toute exactitude qualifiée d’œuvre de la justice ». C’est au travers de cette phrase de la Constitution conciliaire Gaudium et spes (n° 78) que l’Evêque de Garzón (Colombie), S.Exc. Mgr Fabio Duque Jaramillo, O.F.M., a commenté le défaut de suspension de la licence de construction relative au projet hydroélectrique d’El Quimbo, dans le département d’Huila. L’Evêque s’est déclaré surpris en ce que une prorogation a été concédée à l’entreprise alors même qu’elle n’a pas réalisé ce qui devait l’être au cours de la période prévue.
Pour ces mêmes raisons, des groupes sociaux, dont les maires des communes concernées - El Agrado, Garzón, Gigante, Tesalia, Altamira et Paicol – ont manifesté leur mécontentement.
S.Exc. Mgr Duque Jaramillo a participé hier à une audience publique organisée par la commune de Garzón pour écouter les motivations de ce mécontentement général. L’Evêque a déclaré dans ce cadre que « pour construire la paix, toutes les causes de discorde doivent disparaître entre les hommes en particulier l’injustice, en ce qu’elles génèrent les guerres, et que beaucoup de choses sont ambiguës dans le cadre de ce projet ».
Il a conclu en affirmant que l’injustice et la violation des droits fondamentaux d’un groupe de paysans colombiens est surprenante dans la mesure où leur travail « a contribué à une richesse inestimable pour la zone d’Huila et pour la société colombienne ». Ceux qui sont impliqués dans le projet sont frappés de différentes manières parce que « les conditions de nombre de ceux qui sont déplacés (à cause des travaux NDT) ne sont pas meilleures qu’auparavant ».
Le projet hydroélectrique d’El Quimbo, ayant démarré en 2008, a demandé le déplacement d’un groupe de paysans et d’une partie de la population de la zone. Selon la presse locale, les études concernant le respect de la nature ne sont pas favorables au projet. A cet égard, Mgr Duque Jaramillo a affirmé : « Je suis surpris qu’une œuvre qui est présentée comme l’orgueil de la nation dévaste l’environnement, la biodiversité, les écosystèmes, en niant la possibilité de séjour et le prolongement de la vie, à un moment où le monde entier commence à prendre conscience des dommages que nous provoquons à notre maison commune au travers de certains mégaprojets ».
L’audience publique, qui a débuté le 11 novembre, s’est achevée par la requête de suspension immédiate du projet à cause des dommages qu’il provoque actuellement à l’environnement et à la population. (CE) (Agence Fides 18/11/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network