ASIE/INDONESIE - Intervention du Ministre (catholique) de l’Energie sur la lutte contre la corruption devant l’Assemblée des Evêques

vendredi, 4 novembre 2016 corruption   politique   société civile   evêques   minorités religieuses  

Djakarta (Agence Fides) – Le point central est constitué par la corruption en tant que mal social et moral qui afflige la nation et que les communautés religieuses, de par leurs poids sur la conscience humaine, contribuent, elles aussi, à combattre. Tel est le thème central de l’Assemblée des Evêques indonésiens, en cours au nord de Djakarta. A la rencontre de 11 jours qui a débuté le 31 octobre en présence de 36 Evêques, participaient également S.Em. le Cardinal Julius Darmaatmadja, Archevêque émérite de Djkarta, le Nonce apostolique, S.Exc. Mgr Guido Filipazzi, ainsi que des personnalités telles que le Directeur du Ministère des Affaires religieuses, Eusabius Binsasi, et des représentants de la communion des églises chrétiennes d’Indonésie.
Ainsi que l’a appris Fides, attendu que le thème présente de fortes implications dans la vie politique et sociale, les Evêques ont invité à intervenir à leur Assemblée annuelle 2016 – ayant débuté par le chant de l’hymne national – le seul Ministre catholique présent au sein du gouvernement indonésien du Président Joko Widodo. Il s’agit d’Ignazio Jonan, actuellement Ministre de l’Energie et des Ressources minières, ancien Directeur de la Compagnie ferroviaire nationale et ancien Ministre des Transports. Au Ministre, ont été confiés des postes clefs, souvent au centre d’appels d’offres et présentant par suite de forts risques de corruption, comme ceux de Ministre des Transports et de l’Energie. Le choix d’Ignazio Jonan est motivé « justement par son intégrité morale, par son application rigoureuse, par sa discipline, son honnêteté et sa transparence. Le Président Widodo avait besoin d’un homme crédible, disposant d’une vision claire, en mesure de surmonter la corruption au sein de la bureaucratie » a déclaré à Fides le Père Benny Susetyo, actuel Secrétaire national du célèbre Setara Institute for Democracy and Peace.
Les Evêques ont également écouté un autre catholique, Alexander Marwata, l’un des cinq responsables de la Commission pour l’éradication de la corruption. « La corruption dérive de l’avidité. L’avidité est dominante » a-t-il déclaré. Ont également été appelés à témoigner des membres de l’ONG Indonesia Corruption Watch (ICW) et du forum EHEM, initiative anti-corruption lancée par les Jésuites aux Philippines.
Les Evêques se confronteront sur les éléments reçus, réfléchissant au thème de la corruption au sein de la société indonésienne mais aussi dans l’Eglise pour élaborer par la suite les conclusions et un document final de l’Assemblée, qui se conclura le 10 novembre. (PCP- PA) (Agence Fides 04/11/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network
corruption


politique


société civile


evêques


minorités religieuses