AFRIQUE/SOMALIE - Restructuration des services de renseignement somaliens et ouverture prochaine d’une première base militaire turque

lundi, 3 octobre 2016 groupes armés  

L'Ambassade turque de Mogadiscio

Mogadiscio (Agence Fides) – 1.500 officiers et agents des services de renseignement somaliens, dont le chef du centre de la capitale, Mogadiscio, ont été licenciés. C’est ce qu’a déclaré le Général Abdullahi Gafow, selon lequel les personnels licenciés n’ont pas été en mesure de remplir les missions qui leurs avaient été confiées pour faire face à l’insurrection des Shabaabs. Les djihadistes somaliens se sont rendus responsables de différents attentats dans la capitale, le dernier en date ayant fait au moins trois morts le 1er octobre dans le cadre de l’explosion d’une voiture piégée devant un restaurant sis dans une zone proche du quartier général des services de renseignement.
La restructuration de l’agence de sécurité intervient à moins de deux mois des élections présidentielles du 30 novembre prochain, que les Shabaabs ont annoncé vouloir saboter au travers d’attentats et d’attaques.
Dans le pays, est présente une force militaire de l’Union africaine agissant sur mandat de l’ONU en appui aux fragiles forces de sécurité du gouvernement central.
Le pays non africain le plus engagé en matière d’aide à la Somalie est la Turquie, laquelle a annoncé la prochaine ouverture de sa première base militaire dans le pays. Il s’agira d’une structure au sein de laquelle 200 militaires turcs entraîneront 10.000 militaires, somaliens et provenant de toute l’Afrique. L’Ambassade turque de Mogadiscio est la plus grande représentation diplomatique turque du continent africain. (L.M.) (Agence Fides 03/10/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network