AFRIQUE/NIGERIA - Enlèvement du Recteur du Grand Séminaire de Tansi

jeudi, 29 septembre 2016 enlèvements   missionnaires  

Abuja (Agence Fides) – Le Recteur du Grand Séminaire de Tansi, le Père Emmanuel Dim, a été enlevé. C’est ce qu’indique le Père Hyginus Aghaulor, Directeur des Communications sociales du Diocèse de Nnewi, sis dans l’Etat d’Anambra, au sud-est du Nigeria.
Selon le Père Aghaulor, le 26 septembre à 19.00 locales, le long de la route menant de Nkpologwu à Nimbo, sur le territoire de l’Etat d’Enugu, un certain nombre de bergers Fulanis lourdement armés ont bloqué la voiture dans laquelle voyageait le Père Dim en compagnie de deux autres prêtres. « Les trois prêtres revenaient de Nsukka et se dirigeaient vers Onitsha et Nnewi lorsqu’ils ont été attaqués ». Au cours de l’assaut, les deux autres prêtres ont été blessés, le Père Ezeokana, qui enseigne tant au Grand Séminaire d’Onitsha qu’à l’Université Nnamdi Azikiwe d’Awka, de manière plus légère.
Pour sa part, « le Père Chukwuemeka, Aumônier du San Camillus de Lellis College of Health Science de la Nnamdi Azikiwe University de Nnewi a été blessé par balle à la tête et transféré de l’hôpital d’Enugu à celui de Nnewi ».
Le Père Dim se trouve quant à lui encore entre les mains de ses ravisseurs, qui ont demandé une rançon de 2,5 millions de Naira. « La Conférence épiscopale du Nigeria a interdit le paiement de toute rançon en cas d’enlèvement de prêtres » a précisé le Père Aghaulor.
Ce dernier dénonce par ailleurs que, « ce même 26 septembre, un Père vincentien dont le nom doit encore être confirmé, a lui aussi été enlevé en compagnie de son frère le long de la route Abuja-Lokoja alors qu’un autre prêtre, le Père Emmanuel Ugwu, fut enlevé le 9 août 2014 le long de la route Ugwuogo-Nike-Opi, et qu’un Séminariste a été tué de sang froid voici quelques semaines seulement à Attakwu, dans l’Etat d’Enugu ». « On commence à se demander si les prêtres catholiques sont devenus une espèce en danger » a renchéri le Directeur des Communications sociales du Diocèse de Nnewi.
Toujours selon le Père Aghaulor, les autorités des Etats du sud du Nigeria et le gouvernement fédéral ne font actuellement rien pour protéger la population des violences perpétrées par les bergers Fulanis. « Alors que les personnes innocentes sont laissées sans protection, nous voyons les militaires protéger les oléoducs dans le delta du Niger, comme si le pétrole était plus important que les personnes. Pourquoi la population doit-elle être tuée sans raison sur sa propre terre ? ». (L.M.) (Agence Fides 29/09/2016)



Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network