ASIE/TURQUIE - Nouvelles attaques contre F. Gulen, « cheval de Troie du Vatican »

mardi, 13 septembre 2016 sectarisme   zones de crise   islam  

Facebook

Ankara (Agence Fides) – Les campagnes déclenchées dans la presse turque proche du gouvernement contre Fethullah Gulen – le prédicateur islamique turc expatrié aux Etats-Unis et indiqué par la Turquie comme l’inspirateur de la tentative de coup d’Etat du 15 juillet dernier – continuent à reprendre largement des accusations privées de fondement présentant F. Gulen et son mouvement Hizmet comme des « chevaux de Troie du Vatican », construisant ainsi des conjectures inconsistantes se référant à la théorie du complot. Au cours de la dernière semaine, des journaux turcs nationalistes tels que Sabah ont relancé les théories énoncées par le journaliste azéri Agil Alesenger dans son pamphlet L’Invasion silencieuse, selon lequel le mouvement Hizmet faisait partie d’un dessein d’infiltration du monde islamique mené par le Vatican au travers du Conseil pontifical pour le Dialogue interreligieux. A l’appui de telles théories – apprend l’Agence Fides – le journaliste présente les éloges faits par F. Gulen à la figure du Pape et certaines phrases extrapolées de propos de Saint Jean Paul II, selon lesquelles le III° Millénaire aurait été préfiguré par le Pape comme l’époque de la diffusion de l’Evangile en Asie.
Au début août, avec plus de fantaisie encore (voir Fides 10/08/2016), le journaliste Mine Kirikkanat, dans les colonnes du quotidien Cumhuriyet, s’était poussé jusqu’à insinuer que Fethullah Gulen – vu par l’auteur de l’article comme un « imam fidèle à l’Eglise » - aurait pu être le Cardinal créé in pectore par Saint Jean Paul II le 2 avril 2005 et dont il n’a jamais révélé l’identité.
Le Patriarcat œcuménique de Constantinople continue lui aussi à être pris de mire dans le cadre de la campagne contre F. Gulen menée par la presse nationaliste turque. Le 7 septembre dernier, le quotidien Yeni Safak a mis en évidence l’attention et la sympathie avec laquelle l’agence Cihan, proche du mouvement de F. Gulen, a suivi par le passé les vicissitudes de l’école théologique d’Halki, où toute activité de formation théologique est interdite par les autorités turques depuis 45 ans. (GV) (Agence Fides 13/09/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network