OCEANIE/AUSTRALIE - Satisfaction de l’Eglise après l’annonce de la fermeture du camp de rétention des immigrés de Manus Island

vendredi, 26 août 2016 réfugiés   année de la miséricorde   solidarité   migrants  

facebook

Sydney (Agence Fides) – Le camp de rétention de Manus Island (territoire de Papouasie Nouvelle Guinée), structure gérée par le gouvernement australien au centre de fortes polémiques suite au traitement réservé aux migrants et aux clandestins qui entendent atteindre les côtes australiennes en provenance en grande partie des pays asiatiques limitrophes fermera ses portes. La décision, annoncée par le Premier Ministre de Papouasie Nouvelle Guinée, Peter O'Neill, et par le Ministre australien chargé de l’Immigration, Peter Dutton, a suscité la satisfaction de l’Eglise catholique en Australie ainsi que de la société civile qui, par le passé, avaient critiqué à plusieurs reprises les conditions de vie dans cette île et dans l’immense camp de rétention.
Le Père Maurizio Pettena, Directeur du Bureau des migrants au sein de la Conférence épiscopale australienne, affirme, dans une note envoyée à Fides, que « l’Eglise accueille favorablement la décision de fermer le centre, où se trouvent depuis plus de trois ans des personnes en détention ». « De nombreux groupes religieux et communautés catholiques en Australie sont prêts à offrir de l’assistance à ceux qui présentent la condition de réfugié. Nous exhortons le gouvernement à faire tout ce qui est en son pouvoir afin de trouver rapidement une solution en termes d’habitation à ces personnes. Nous sommes préoccupés parce que ceux qui ont été identifiés comme de vrais réfugiés pourraient ne pas trouver de pays d’accueil. L’Eglise catholique s’oppose à un camp de détention à durée indéterminée et à des réponses politiques qui ne respectent pas la dignité des personnes ayant besoin d’aide ». « Il est impératif que la dignité de la personne humaine soit toujours prise en compte en premier » poursuit-il. « Les gouvernements ont la responsabilité de gérer les flux migratoires mais l’actuelle approche du gouvernement australien devient moralement répugnante et devrait changer ».
« En cette Année de la Miséricorde, alors que de nombreux migrants cherchent asile en Australie en compagnie des réfugiés, nous devons vivre une culture de la rencontre, de l’accueil et de l’acceptation, au niveau personnel et communautaire » écrit S.Exc. Mgr Vincent Nguyen Van Long, OFM Conv, dans un message diffusé à l’occasion de la Journée du migrant et du réfugié du 28 août. L’Evêque, délégué de la Conférence épiscopale pour la pastorale des migrants et des réfugiés, a rappelé l’exemple du Pape François qui a visité l’île grecque de Lesbos au mois d’avril et « a porté avec lui 12 réfugiés syriens musulmans dont les maisons avaient été détruites par la guerre ». « En cette Journée – a-t-il affirmé – nous sommes invités à ouvrir nos cœurs aux souffrances des autres », à l’enseigne de « la compassion, qui signifie littéralement souffrir avec et qui est le signe distinctif du Christianisme » à redécouvrir et à « vivre en cette Année jubilaire de la Miséricorde ». (PA) (Agence Fides 26/08/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network