AFRIQUE/GAMBIE - Début de pénuries de biens primaires suite à la prolongation l’arrêt du commerce avec le Sénégal

mardi, 17 mai 2016

Banjul (Agence Fides) – Les négociations entre la Gambie et le Sénégal visant à résoudre l’arrêt des transports transfrontaliers qui, depuis trois mois, empêche le commerce entre les deux pays, se sont soldées par un échec. Comme cela a été indiqué précédemment (voir Fides 12/05/2016), les camionneurs sénégalais se refusent de transporter des marchandises en Gambie après que le gouvernement local ait fait passer de 4.000 à 400.000 Francs CFA (soit de 6,08 à 608 €uros) le tarif relatif aux camions qui traversent son territoire, enclavé à l’intérieur de celui du Sénégal.
Malgré le retour en arrière du gouvernement de Banjul, qui a rétabli les anciens tarifs, les camionneurs continuent le blocus, dans l’espoir d’arracher de nouvelles concessions aux autorités gambiennes.
Les camionneurs demandent en particulier l’ouverture permanente de la frontière – qui demeure pour l’heure fermée de 19.00 à 07.00 locales – et la construction d’un nouveau pont sur le fleuve Gambie qui permettrait de raccourcir de plusieurs kilomètres le parcours entre le nord et le sud du Sénégal.
Les négociations entre les deux parties devraient reprendre en juillet. Entre temps, les deux pays ressentent du manque de biens de première nécessité transportés par voie terrestre. (L.M.) (Agence Fides 17/05/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network