ASIE/IRAQ - Evacués chrétiens contraints à signer un document soutenant l’indépendance du Kurdistan irakien

vendredi, 13 mai 2016 politique  

thekurdishproject.org

Erbil (Agence Fides) – Un nombre passable d’évacués chrétiens assyriens, chaldéens et syriens, ayant trouvé refuge dans la ville de Dohuk après que leurs villages aient été conquis par les djihadistes du prétendu « Etat islamique », ont été contraints, au cours de ces derniers jours, à signer une pétition favorable à la proclamation de l’indépendance d’un Etat kurde sur le territoire de l’actuelle région autonome du Kurdistan irakien. C’est ce qu’indiquent des sources locales consultées par l’Agence Fides. Le site Internet ankawa.com publie notamment un fac-simile du module de recueil des signatures comportant des espaces pour enregistrer le document d’identité et le numéro du téléphone portable.
La pétition, adressée au gouvernement de la région autonome du Kurdistan irakien, est articulée en quatre points. Outre à affirmer le soutien dû aux milices kurdes Peshmerga et au Président de la région autonome du Kurdistan irakien, Masud Barzani, elle demande aux kurdes d’accélérer la libération de Mossoul des forces djihadistes et préfigure la transformation de la province de Ninive – dont Mossoul est le chef-lieu – en région autonome à l’intérieur du Kurdistan irakien, transformé de fait en Etat kurde indépendant.
La nouvelle de la pétition signée de force par des chrétiens évacués présents à Dohuk a provoqué des réactions alarmées également parmi les représentants de partis politiques soutenus par des militants chaldéens, syriens et assyriens. L’homme politique chrétien Imad Youkhana, représentant de l'Assyrian Democratic Movement (Zowaa) et membre du Parlement irakien, a sollicité les autorités de la région autonome du Kurdistan irakien afin qu’elles entreprennent une « enquête urgente » permettant de déterminer qui a inspiré et organisé ce recueil de signatures, soulignant que les requêtes contenues dans la pétition, à un moment dramatique pour toute la région, contribuent à augmenter les divisions et à miner encore plus la coexistence pacifique entre les différentes composantes de la nation irakienne.
Alors que Mossoul et une bonne partie de la plaine de Ninive demeurent sous le contrôle des djihadistes du prétendu « Etat islamique »,, l’affaire de la pétition signée de force par des chrétiens évacués à Dohuk laisse entrevoir des intérêts et des projets politiques qui pourraient viser une fragmentation du territoire irakien si et lorsque la région de Mossoul sera libérée de la présence des djihadistes du prétendu « Etat islamique ». (GV) (Agence Fides 13/05/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network