ASIE/SYRIE - Ville à majorité chrétienne pilonnée par des rebelles islamistes et trêve à Qamishli entre milices kurdes et armée syrienne

lundi, 25 avril 2016 guerres  

Twitter

Hama (Agence Fides) – Des milices islamistes liées au front al-Nusra, rattaché à Al-Qaeda, ont déclenché, le 24 avril, une attaque au mortier sur la ville syrienne à majorité chrétienne de Sqelbiya, sise dans la province centrale de Hama, provoquant la mort d’au moins quatre civils. C’est ce qu’indiquent des sources kurdes consultées par l’Agence Fides. Aux morts, viennent s’ajouter au moins 15 blessés, certains se trouvant dans des conditions graves. L’attaque a eu lieu au travers d’une pluie de tirs de mortier sur les quartiers résidentiels. La ville, contrôlée par l’armée syrienne, avait déjà subi par le passé des attaques de la part des miliciens djihadistes qui ont plusieurs fois tenté d’en prendre le contrôle sans jamais y parvenir.
Entre temps, dans la province d’Hassaké, au nord-est du pays, la trêve entre l’armée syrienne et les miliciens kurdes des Unités de protection populaire (YPG) obtenue samedi dernier après les affrontements sanglants intervenus à partir du 20 avril, en particulier dans la ville de Qamishli (voir Fides 21/04/2016) tient. Des représentants des milices kurdes, interpellés par l’agence ARA News, ont réaffirmé leur intention de conserver le contrôle des zones conquises au cours des affrontements et leur refus de toute concession au gouvernement. Ces mêmes représentants kurdes ont par ailleurs accusé le régime d’avoir contraint les populations civiles locales à créer des groupes paramilitaires d’autodéfense, soumis à l’armée, en utilisant des formes de chantage sur les fonctionnaires, tels que la suspension de leur traitement ou l’éloignement de leur poste de travail.
L’ouverture d’un nouveau front entre milices kurdes et armée syrienne dans le nord-est de la Syrie confirme que, derrière la tragédie syrienne, se trouvent des stratégies et des intérêts complexes ne pouvant être réduits à la lutte contre les djihadistes du prétendu « Etat islamique ». Selon des sources locales, au cours des trois jours d’affrontements entre les milices kurdes et l’armée syrienne, 17 civils, 10 miliciens kurdes et 31 militaires et paramilitaires ont trouvé la mort. (GV) (Agence Fides 25/04/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network