AFRIQUE/MALI - L’attaque contre l’ONU, partie intégrante de la stratégie djihadiste de déstabilisation de l’ensemble de la région

vendredi, 5 février 2016 groupes armés   terrorisme  

Bamako (Agence Fides) – « Il s’agit sûrement d’un groupe islamiste qui a attaqué la base de l’ONU de Tombouctou, parce que les groupes rebelles touaregs sont engagés à respecter les accords de paix signés avec le gouvernement » déclare à l’Agence Fides le Père Edmond Dembele, Secrétaire général de la Conférence épiscopale du Mali, où est en cours une attaque contre la base de la MINUSMA (mission de l’ONU au Mali) de Tombouctou.
« Pour le moment, il n’y a pas de combats entre les groupes touaregs et l’armée malienne ou la MINUSMA. Par suite, cette attaque est sûrement l’œuvre de groupes islamistes armés » souligne le Père Dembele. « Il s’agit probablement du même groupe qui a attaqué en novembre l’Hôtel Radisson Blu de Bamako, la capitale du Mali et qui, le 15 novembre, a porté un assaut contre l’Hôtel Splendid et le restaurant Le Cappuccino de Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso (voir Fides 16/01/2016). « Leur but semble être de déstabiliser non seulement le Mali mais l’ensemble de la sous-région. Ce n’est pas un hasard si, au Mali, ils attaquent la MINUSMA qui est une force de stabilisation ».
« La menace est désormais arrivée jusqu’au Sénégal, dont le gouvernement a renforcé ces jours-ci les mesures de sécurité après que les forces de l’ordre sénégalaises aient arrêté, en quelques semaines, différentes personnes accusées d’être liées aux djihadistes » rappelle le prêtre. « Les points sensibles de la capitale, Dakar, et du reste du pays sont sous l’étroit contrôle des forces de sécurité ».
« Nous sommes par suite en mesure de lutter contre un projet de déstabilisation de l’ensemble de la sous-région, face auquel nos pays s’organisent actuellement. Nous espérons le faire échouer » conclut le Père Dembele. (L.M.) (Agence Fides 05/02/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network