EUROPE/ITALIE - Retour à la Maison du Père du Frère Grignoletto MI, 35 années de mission camillienne au Burkina Faso parmi les pauvres et les malades en phase terminale

vendredi, 29 janvier 2016 missionnaires  

AntP

Turin (Agence Fides) – « A la fin du mois de septembre, je quitterai la Mission camillienne du Burkina Faso. Cela ne m’est certes pas facile, après 35 ans de séjour, que de quitter l’Afrique que j’ai beaucoup aimé, que j’ai cherché de « soigner et de guérir » pour ce qu’il m’a été humainement possible de faire, au travers de ses malades ». C’est ce qu’écrivait le Frère Giovanni Grigoletto, Missionnaire camillien (MI), en septembre 2007, communiquant son retour en Italie pour motifs de santé (voir Fides 06/09/2007).
Le Frère Grigoletto est mort à Milan le 27 janvier après une longue maladie. Il était né à Turin en 1942 et a été l’un des premiers missionnaires camilliens arrivés au Burkina, comme il le raconta à Fides : « Je suis arrivé au Burkina Faso en avril 1973. A l’époque, le pays s’appelait Haute Volta. L’Ordre camillien avait ouvert depuis peu une mission sanitaire en ce qui était l’un des pays les plus pauvres du monde. J’ai demandé avec joie et ensuite obtenu de pouvoir faire ce saut. A l’époque il n’y avait ni énergie électrique, ni eau courante, mais seulement chaleur et misère » (voir Fides 16/02/2004).
Au dispensaire du Centre médical Saint Camille de Ouagadougou, le Frère Grigoletto commençait son service le matin très tôt et continuait de manière infatigable jusqu’en fin de soirée. En tant qu’infirmier diplômé, outre à s’occuper de la médecine pour les adultes et de nombreux enfants, il soignait un groupe de malades en phase terminale du SIDA. « C’est vraiment une mission importante, délicate, lourde et difficile mais ô combien gratifiante : de si nombreuses créatures de l’unique Dieu, nos frères et sœurs ».
Venu avec de nombreuses personnes en Italie depuis le Burkina Faso pour saluer le Frère Grigoletto, le Père Ouedrago, missionnaire burkinabais, décrit à l’Agence Fides l’état actuel de la mission de laquelle le Frère Grigoletto a été l’un des pionniers. « Actuellement, la Province du Burkina compte 80 religieux, 39 clercs en formations et trois missionnaires italiens, un pédiatre, un infirmier et un accompagnateur spirituel qui s’occupe également des Œuvres sociales camilliennes. En outre, les religieux ont ouvert trois communautés hors du Burkina : une en Côte d’Ivoire, une à Florence, dans deux hôpitaux de la ville, et une en voie d’ouverture à Chieti près l’hôpital public ». Le missionnaire ajoute : « Après avoir été aidés par d’autres camilliens, notre Province s’ouvre actuellement à de nouveaux horizons avec une collaboration en France et une autre en Espagne où sont présents deux missionnaires burkinabais ». (AP) (Agence Fides 29/01/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network