AMERIQUE/GUATEMALA - 14 militari arrêtés dans le cadre de l’enquête relative à 558 disparitions forcées intervenues au Guatemala

vendredi, 8 janvier 2016
Massacre au Guatemala 1982

Internet

Massacre au Guatemala 1982

Guatemala (Agence Fides) – Quatorze militaires en retraite ont été arrêtés le 6 janvier par les autorités guatémaltèques en tant que soupçonnés d’avoir participé à au moins 558 disparitions forcées intervenues au Guatemala entre 1981 et 1988.
Une note envoyée à Fides par une source locale indique que, dans le cadre d’une conférence de presse, le responsable du Ministère de la Justice, Thelma Aldana, a confirmé que les arrestations représentent l’exécution de la décision prise en mars 2012 par le tribunal qui enquête sur le massacre du Plan de Sanchez. Dans le cadre de ce massacre, perpétré par des unités de l’armée le 18 juillet 1982, furent trucidées 256 personnes, dont des femmes, des enfants et des personnes âgées. En mars 2012, cinq anciens membres de groupes paramilitaires ont été condamnés pour ce massacre à un total de 7.710 ans de réclusion.
Thelma Aldana a indiqué que 558 squelettes d’indigènes séquestrés et exécutés par l’armée ont été retrouvés dans une zone de Coban, Alta Verapaz qui, à l’époque, se trouvait sous le contrôle des militaires et accueille maintenant le Commandement régional de formation pour les opérations de maintien de la paix (CREOMPAZ).
Un rapport des Nations unies a prouvé qu’au Guatemala, 245.000 personnes sont mortes ou ont disparue au cours du conflit armé 1960-1996. Selon ce rapport, 97% des morts violentes ont été causées par l’action de groupes militaires ou paramilitaires.
Les indigènes au Guatemala ont été la partie de la population « sans voix » défendue par la seule Eglise. En 2012, l’intervention de S.Exc. Mgr Alvaro Ramazzini a été fondamentale pour favoriser le dialogue de milliers d’indigènes avec le gouvernement suite à la marche indigène de Totonicapán du 23 octobre (voir Fides 25/10/2012).
Il faut rappeler également le rôle précieux joué par S.Em. le Cardinal Quezada Toruno, Archevêque émérite de Guatemala, retourné à la maison du Père le 4 juin 2012, à 80 ans, et grand fauteur du dialogue entre le gouvernement et les guérilleros. Le dialogue se conclut par la signature des accords de paix historiques (voir Fides 04/01/2012) qui mirent fin, en 1996, à 36 années de conflit interne sanglant (voir Fides 06/06/2012). (CE) (Agence Fides 08/01/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network