OCEANIE/AUSTRALIE - Note du Président de l’Australian Catholic Social Council à propos de la situation des droits fondamentaux en Australie

jeudi, 10 décembre 2015 droits fondamentaux   indigènes  

Sydney (Agence Fides) – La Journée de l’ONU pour les droits fondamentaux du 10 décembre doit générer une réflexion sur le respect de ces droits en Australie, surtout vis-à-vis des population aborigènes et des immigrés. C’est ce qu’affirme une note de l’Australian Catholic Social Council (ACSJC), envoyée à l’Agence Fides. Signée par S.Exc. Mgr Vincent Long, Président de l’organisme, la note rappelle qu’à l’encontre des aborigènes, « bien peu a été fait pour combler l’écart sur des thèmes tels que l’espérance de vie, l’alphabétisation et l’emploi ».
En ce qui concerne les demandeurs d’asile, l’Australie se distingue par « une rétention prolongée dans des structures situées au large de Manus Island et de Nauru » dans lesquelles a lieu « une catastrophe pour les droits fondamentaux », vus les cas enregistrés d’abus sur mineurs, de viols, de violence et de traitement inhumain.
Commentant le rôle de l’Australie en matière de promotion des droits fondamentaux au sein de la région Asie Pacifique, l’Evêque observe qu’il « existe de nombreuses zones dans lesquelles l’Australie peut constituer une force positive », rappelant le soutien à la campagne pour l’abolition mondiale de la peine capitale et aux mesures permettant d’affronter les violations des droits fondamentaux des femmes et des jeunes filles.
C’est pourquoi, conclut-il, l’Australie peut promouvoir avec plus de conviction les droits fondamentaux dans la région et « avoir une plus grande crédibilité lorsque nous exerçons notre influence conformément à notre tradition et au statut de nation accueillante et riche ». (PA) (Agence Fides 10/12/2015)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network