LE VATICAN - «Seigneur, si tu le veux, tu peux me guérir ». Le Cardinal Javier Lozano Barragan, Président du Conseil pontifical pour la Pastorale de la santé, invite à « renouveler notre devoir commun de solidarité, de sensibilisation aux problèmes, de soutien à nos missions particulièrement engagées dans ce domaine et à ceux qui travaillent aux divers niveaux dans la lutte contre la lèpre ».

samedi, 28 janvier 2006

Cité du Vatican (Agence Fides) - « L’Église, en cette 53ème Journée Mondiale pour les malades atteints de la lèpre, désire se mettre à l’écoute de tant de gens qui, dans le monde, sont encore frappés par la maladie de Hansen, c’est-à-dire par la lèpre ; par l’intermédiaire du Conseil Pontifical pour la Pastorale de la Santé, elle veut donc donner un écho à leur cri d’appel à l’aide, afin que tous ensemble nous nous sentions appelés par les diverses possibilités et responsabilités à nous engager afin d’apporter des réponses concrètes aux besoins de soins que connaissent les malades souffrant de la lèpre ». En exprimant ce souhait, le Président du Conseil pontifical pour la Pastorale de la santé s’est adressé aux Présidents des Conférences épiscopales nationales et aux Évêques chargés de la Pastorale de la santé à l’occasion de la Journée mondiale pour les malades atteints de la lèpre.
« Certaines données fournies par l’Organisation Mondiale de la Santé - dit le Cardinal Barragan - nous font réfléchir : au début de l’année 2005, les cas déclarés de lèpre se chiffraient à 47.596 en Afrique, 36.877 en Amérique, 186.182 en Asie du Sud-est, 5.398 en Méditerranée orientale et 10.010 dans le Pacifique occidental. Par bonheur, on ne manque pas, non plus, toujours selon l’OMS, de données qui parlent d’un recul de la maladie au moins en ce qui concerne les chiffres déclarés : de 763.262 malades en 2001, on est passé à 407.791 en 2004 »
Il faut « une collaboration améliorée et plus constante entre les Organismes internationaux, les Gouvernements nationaux et régionaux, les Organisations non gouvernementales engagées dans ce domaine, les Églises locales et les réalités travaillant sur le territoire, autour de programmes ciblés et annexes, pour mieux répondre aux nécessités actuelles de prévention et de soins pour les personnes à risques ou déjà malades de la lèpre », souligne le Cardinal.
Son salut final s’adresse « à toutes les communautés chrétiennes répandues à travers le monde, à leurs Pasteurs, à tous les missionnaires, pour leur exprimer une profonde reconnaissance fraternelle pour l’engagement qu’ils apportent dans la lutte contre la maladie de la lèpre et dans les soins attentifs qu’ils prodiguent aux personnes qui en sont atteintes. Car on ne peut pas oublier comment, depuis toujours, l’Eglise s’est employée à assurer, avec une profond dévouement et dans tant de pays du monde, l’accueil, les soins et la réinsertion sociale des malades de la lèpre ». (AP) (28/1/2006 Agence Fides)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network