http://www.fides.org

America

2003-07-10

AMERIQUE / GUATEMALA - VERS LE CONGRES MISSIONNAIRE AMERICAIN (CAM II) – COMME LES PREMIERS DISCIPLES, 1.526 MISSIONNAIRES LAICS, INDIGENES CHEZ LES INDIGENES, SONT ENVOYES POUR ANNONCER L’EVANGILE DANS LEURS COMMUNAUTES

Guatémala (Agence Fides/ANS) – Depuis la Pentecôte 2003, chaque dimanche, de nombreuses églises de Mission indigène de Carchà et Chisec, dans le nord du Guatémala, célèbrent l’envoi de missionnaires laïcs. C’est la réponse à l’Année Sainte Missionnaire qui se tient en Amérique centrale, en préparation au deuxième Congrès Missionnaires Américain (CAM II) qui se tiendra au mois de novembre à Guatémala. Dans la Mission confiée aux Salésiens, 1.526 missionnaires laïcs se sont préparés pendant trois mois avant d’aborder leur tâche d’évangélisation dans toutes les communautés rurales du vaste territoire. Les missionnaires iront par couples de maison en maison, comme les premiers disciples envoyés par Jésus, pour inviter les catholiques et les non catholiques, lointain ou en marge de la vie ecclésiale, à prendre au sérieux l’Evangile de Jésus. La nouveauté de cette expérience missionnaire consiste précisément dans le fait qu’il ne s’agit pas de rassembler les personnes pour un travail collectif d’évangélisation, comme cela se faisait dans le passé : mais le missionnaire rejoint de manière capillaire les personnes chez elles, en instaurant un rapport individuel.
Les onze prêtres Salésiens qui ont la charge de ce vaste territoire missionnaire, desservent 417 communautés indigènes de l’ethnie Qeqchi. L’envoi des missionnaires se fait durant la Messe du dimanche : dans les différentes églises, en général, se réunissent les représentants de huit communautés. La cérémonie revêt une solennité particulière, car toute la communauté assume directement ou indirectement l’engagement missionnaire. On réalise aussi, avec un succès inattendu, l’expérience de formation missionnaire pour les enfants et pour les femmes. Pour les communautés indigènes, c’est une grande nouveauté : en effet, on considérait que la tâche d’évangélisation était réservée aux hommes seulement. (S.L.)
(Agence Fides, 10 juillet 2003, 28 lignes, 304 mots)

Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network