AFRIQUE/NAMIBIE - Point de situation sur la Namibie de la part du Président de la Conférence épiscopale

vendredi, 24 avril 2015

Rome (Agence Fides) – « Vingt-cinq ans après son indépendance, la Namibie est un pays politiquement stable et en croissance économique. L’un des problèmes les plus importants que nous devons affronter est cependant celui de la distribution de la richesse produite. Nous voyons s’accroître chaque année la différence existante entre ceux qui ont et ceux qui n’ont pas. Les riches deviennent toujours plus riches et les pauvres toujours plus pauvres. Nous avons cependant un système judiciaire efficace, qui met l’accent sur la responsabilité du gouvernement et les Ministres corrompus risquent d’être traduits en justice et de finir en prison ». C’est ainsi que décrit à l’Agence Fides la situation du pays africain S.Exc. Mgr Nashenda Liborius Ndumbukuti, Archevêque de Windoek et Président de la Conférence épiscopale de Namibie, se trouvant à Rome pour la visite Ad Limina.
« De l’indépendance à ce jour, il n’y a pas eu de guerre civile. Au cours de cette période, trois Présidents se sont succédés. Aucun d’entre eux n’a voulu demeurer (à son poste NDT) plus des deux mandats de 5 années chacun prévus par la Constitution » souligne l’Archevêque.
Mgr Ndumbukuti explique que « les priorités pastorales ont changé par rapport au passé. Nous ne sommes plus dans l’urgence des temps de la guerre d’indépendance et nous pouvons maintenant mener un programme pastoral portant sur les problèmes sociaux afin de soulager la pauvreté. Nous avons investi en particulier dans les écoles et ceci représente notre principale contribution au développement du pays. En termes économiques, nous pouvons faire peu mais nous contribuons actuellement à la formation d’une nouvelle classe de dirigeants et d’entrepreneurs pour le développement futur de la Namibie » poursuit l’Archevêque.
« Nous avons beaucoup investi également dans les centres sanitaires, en particulier dans les zones rurales, où les soins médicaux ne sont pas facilement accessibles. Depuis 1998, en outre, nous gérons un programme de prévention contre la diffusion du SIDA et de distribution des médicaments antirétroviraux pour ceux qui ont contracté le virus et la maladie. Une attention particulière est accordée aux orphelins dont les parents sont morts des suites du SIDA » ajoute Mgr Ndumbukuti.
En ce qui concerne les relations avec l’Etat, Mgr Ndumbukuti affirme : « nous avons de bonnes relations avec les autorités de l’Etat, réglementées par un accord d’entente, au point que nous avons désigné une personne chargée des contacts entre la Conférence épiscopale et le gouvernement. Cela ne signifie pas que, s’il est nécessaire de défier le gouvernement sur une question en particulier, nous ne le faisons pas. Nous coopérons mais demeurons une voix indépendante des autorités. Le gouvernement apprécie cependant nos initiatives et fournit des subventions à nos écoles et à nos hôpitaux » conclut le Président de la Conférence épiscopale.
La République de Namibie doit son nom au désert du Namib qui la caractérise pour une grande partie, avec celui du Kalahari. Sa capitale est Windoek. Elle est limitrophe au nord de l’Angola et de la Zambie, à l’est du Botswana et au sud de l’Afrique du Sud, alors qu’elle donne à l’ouest sur l’Océan atlantique. D’une superficie de 824.292 km2, elle compte 2,22 millions d’habitants dont 440.000 catholiques. Les circonscriptions ecclésiastiques présentes sur son territoire sont au nombre de trois. (L.M.) (Agence Fides 24/04/2015)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network