http://www.fides.org

Dépêches

2014-07-21

AFRIQUE/SOUDAN - Prohibition de la construction de nouvelles églises

Khartoum (Agence Fides) – Le Ministre soudanais pour les orientations et institutions religieuses a annoncé que le gouvernement n’émettra plus d’autorisations en vue de la construction de nouvelles églises dans le pays, déclenchant la réaction immédiate de responsables chrétiens. Selon ce qu’indique le quotidien El Jareeda de Khartoum, le Ministre, Shalil Abdallah, a déclaré que les églises existantes étaient suffisantes pour les chrétiens restés au Soudan après la sécession du Soudan du Sud en 2011. Il a en outre souligné le fait que la plus grande partie des habitants du Soudan du Sud sont chrétiens alors qu’au Soudan, ces derniers sont peu nombreux. A cette nouvelle, le pasteur Kori El Ramli, Secrétaire général du Conseil des églises du Soudan, a déclaré à la radio locale Tamazuj que l’affirmation du Ministre contredit la Constitution intérimaire du Soudan de 2005. « Certes, nous constituons une minorité mais nous disposons de la liberté de culte et de credo comme le reste du Soudan, tant que nous sommes des citoyens soudanais comme les autres » a-t-il expliqué. Le pasteur a également critiqué la récente démolition de la Sudanese Church of Christ, construite en 1983 dans la zone d’El Izba, au nord de Khartoum. La majeure partie des membres des congrégations religieuses de cette église sont des Nubas du Sud Kordofan. Dans un rapport rendu public en avril 2013, l’ONG Christian Solidarity Worldwide avait mis en évidence une augmentation notable, depuis décembre 2012, du nombre d’arrestations, de placements en détention et d’expulsion de chrétiens du Soudan. L’organisation en question a également fait état du fait que les attaques systématiques contre les Nubas et d’autres groupes ethniques démontrent la renaissance d’une politique officielle d’islamisation et d’arabisation. A cause du traitement réservé aux chrétiens et d’autres violations des droits fondamentaux, le Soudan a été désigné, à compter de 1999, comme faisant partie de ceux qui causent une préoccupation particulière au Département d’Etat des Etats-Unis. Au mois d’avril 2013, la Commission américaine sur la liberté religieuse internationale a signalé que le pays fait encore partie de cette liste. (AP) (Agence Fides 21/07/2014)

Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network