http://www.fides.org

Dépêches

2014-06-25

AMERIQUE/ARGENTINE - Préoccupation des Evêques à cause de la situation économique nationale

Buenos Aires (Agence Fides) – « Nous avons suivi avec attention et préoccupation pastorale la situation qui s’est créée à cause de la dette extérieure et de ses possibles conséquences pour notre pays et pour la vie de notre peuple, en particulier de nos frères les plus vulnérables suite à la récente décision de la Cour Suprême de Justice des Etats-Unis. Un tel état de fait requiert avec urgence de la part de tous les hauts responsables une attitude pleine d’unité et de responsabilité afin de répondre, au travers d’une juste négociation, à la situation qui est venue à se créer ». C’est ainsi que s’exprime le Comité exécutif de la Conférence épiscopale argentine présidé par S.Exc. Mgr Jorge Eduardo Lozano, Archevêque de Gualeguaychú, dans un communiqué qui vient d’être publié et qui est parvenu à l’Agence Fides.
Selon les données recueillies par l’Agence Fides, suite au crack de 2001-2002, la dette extérieure du pays se trouve entre les mains d’un certain nombre de ce qu’il est convenu d’appeler « fonds vautours » et depuis lors, l’Argentine a engagé une bataille légale avec ses créditeurs qui se sont refusés de participer aux restructurations de la dette. Le 16 juin, la Cour Suprême des Etats-Unis a rejeté le recours de l’Argentine, confirmant la décision du juge américain Thomas Griesa, de New York, qui avait ordonné au pays de payer la dette aux différents fonds d’ici le 30 juin. Le Ministère de l’Economie argentin a averti ne pas être en mesure de le faire en ce que cela demanderait une nouvelle banqueroute.
Dans leur communiqué, les Evêques citent le Pape François, selon qui « l’économie centrée seulement sur la spéculation financière affaiblit les relations, retarde le développement des peuples et compromet l’équité de l’ordre international ». Ils rappellent en outre que « la question économique est un thème central de la vie des peuples qui doit cependant être toujours au service du bien commun, de la croissance intégrale de la personne et dans le sillon de la justice ». Enfin, ils s’en remettent à la disponibilité et à la compétence professionnelle de ceux qui guident la nation, des forces politiques, des économistes et des entrepreneurs afin qu’ils travaillent ensemble à trouver une solution au problème. (CE) (Agence Fides 25/06/2014)

Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network