http://www.fides.org

Dépêches

2014-05-27

OCEANIE/AUSTRALIE - Pour le délégué de l’Episcopat chargé des migrants et des réfugiés, il faut revoir rapidement la politique de rétention des migrants à Manus Island

Sydney (Agence Fides) – L’Eglise en Australie demande au gouvernement de revoir sa politique de rétention et de réinstallation des réfugiés à Manus Island, île où se trouve le plus grand centre d’accueil et de rétention des migrants arrivant dans les eaux australiennes en provenance de différents pays, en particulier du Sud-est asiatique. C’est ce qu’indique une note envoyée à l’Agence Fides par le Bureau chargé des migrants et des réfugiés de la Conférence épiscopale australienne.
S.Exc. Mgr Gerard Hanna, Délégué de l’Episcopat chargé des migrants et des réfugiés, déclare : « Une analyse indépendante a mis en évidence que la politique actuelle de l’Australie en ce qui concerne les migrants et les réfugiés a des conséquences tragiques. Une telle politique, qui adopte une approche punitive envers les migrants à la recherche d’une protection, met en danger la vie de nombreuses personnes. C’est pourquoi nous souhaitons qu’elle soit profondément révisée ». Selon les Evêques, de continuels désordres sont prévisibles à Manus Island « si migrants et réfugiés n’ont pas d’espoir de changement de la situation ».
L’Australie, qui est déterminée à adopter des mesures dissuasives, « éloigne d’elle nombre de véritables réfugiés. La non reconnaissance des droits fondamentaux et cette politique constituent un mépris de ceux qui arrivent sur nos côtes à la recherche de protection » ajoute Mgr Hanna.
A propos de cette délicate situation humanitaire, remarque-t-il, « notre gouvernement continue à fermer les yeux sur ceux qui quittent leur patrie à cause de violences et de persécutions » dans l’espoir d’une vie meilleure. Selon l’Eglise australienne, vu que celui des migrants est un phénomène mondial en augmentation, « les pays développés sont appelés à accepter de s’en occuper sans adopter des mesures infligeant dommages et souffrance ».(PA) (Agence Fides 27/05/2014)

Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network