http://www.fides.org

Dépêches

2013-12-19

AFRIQUE/REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE - Selon l’Evêque de Bossangoa, « plus qu’un affrontement religieux, il s’agit d’une lutte fratricide entre centrafricains »

Bangui (Agence Fides) - La religion est manipulée pour des fins politiques – dénonce S.Exc. Mgr Nestor Désiré Nongo-Aziagba, Evêque de Bossangoa, ville de l’ouest de la République centrafricaine où, malgré la présence des troupes françaises, les saccages, les incendies d’habitations et les violences à l’encontre des civils continuent.
« Deux groupes armés s’affrontent – déclare l’Evêque. D’une part, les rebelles de la coalition Seleka et de l’autre, les anti Balaka. Même si la caractéristique de ces mouvements peut faire penser à un conflit religieux entre musulmans et chrétiens, il s’agit d’abord et avant tout d’une lutte fratricide entre centrafricains, ayant comme toile de fonds la désintégration de l’Etat ».
Mgr Nongo-Aziagba insiste « sur le rétablissement des autorités de l’Etat sur l’ensemble du territoire » et sur la fin de l’impunité afin de faire sortir la République centrafricaine de la plus grave crise de son histoire. « C’est seulement en imposant une justice équitable qu’il sera possible de sortir du sentiment d’impunité qui pousse la population à vouloir se faire justice par elle-même avec ses propres mains » a conclu l’Evêque.
Il faut enfin rappeler la compétition existant pour le contrôle des richesses naturelles du pays, telles que les diamants et l’uranium, de la part d’acteurs extérieurs qui alimentent le conflit en cours, appuyant les différentes factions. (L.M.) (Agence Fides 19/12/2013)

Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network