http://www.fides.org

Dépêches

2013-08-24

AMERIQUE/BOLIVIE - Condamnation de la Conférence épiscopale suite aux actes de violence au pénitencier de Palmasola et au problème du surpeuplement

Santa Cruz (Agence Fides) – Le 24 août, les Evêques boliviens ont exprimé une profonde condamnation et leur regret pour la violence mais également leurs préoccupations à propos du problème du surpeuplement des prisons et ce dans un communiqué stigmatisant les actes de violence du 23 août perpétrés au pénitencier de Palmasola, sis dans la ville de Santa Cruz, événement au cours de laquelle plus de 30 personnes ont trouvé la mort, dont un enfant, alors que de nombreuses autres ont été blessées. Selon les reconstructions de la police, la violence aurait été provoquée par une dispute entre détenus ayant débouché sur un incendie intéressant une section de la prison accueillant plus de 5.000 détenus.
Dans une note officielle envoyée à Fides, l’Eglise bolivienne « condamne la violence, quelque soit son origine et sous toutes ses formes. Les boliviens doivent persévérer dans le dialogue responsable et dans la pratique du pardon, ainsi que dans la réconciliation entre frères » peut-on lire. « Ces événements – poursuit la note signée par S.Exc. Mgr Eugenio Scarpellini, secrétaire général de la Conférence épiscopale bolivienne – mettent encore une fois en évidence la carence d’infrastructures et le grave surpeuplement carcéral, qui peut être un détonateur puissant fourrier de violence et de tragédies comme celle-ci ».
Se déclarant « solidaires des familles des victimes et des blessés » et élevant « des prières de suffrage pour les victimes et de prompte guérison pour les blessés », la Conférence épiscopale exprime au gouvernement sa « pleine disponibilité à fournir une prompte assistance en ce qui concerne les réformes nécessaires à apporter au système judiciaire et carcéral afin d’affronter les causes structurelles de tels événements ». Il s’agit en effet « d’épisodes douloureux » qui doivent constituer « une leçon afin d’améliorer l’administration de la justice et du système carcéral dans notre pays ».
Les Evêques « ajoutent leur voix aux nombreuses demandes d’explication afin de mettre en évidence les causes et les responsabilités » et demandent que de tels épisodes ne se répètent plus à l’avenir. « A nos frères détenus, enfants de Dieu – déclarent les Evêques – nous adressons l’invitation à grandir dans la fraternité, la solidarité et le refus de la haine, de la soif de pouvoir et de vengeance ». (CE-PA) (Agence Fides 24/08/2013)

Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network