AFRIQUE/KENYA - Attaque au cours d’une fonction religieuse à l’intérieur d'un commissariat de police : pour l’Evêque coadjuteur de Sarissa, « il s’agit d’un acte politique et non pas religieux »

lundi, 5 novembre 2012

Nairobi (Agence Fides) – Le bilan encore provisoire de l’attentat qui a eu pour objectif hier, 4 novembre, la célébration dominicale de la communauté chrétienne interconfessionnelle Utawala, à Garissa, dans l’est du Kenya, à 140 Km de la frontière avec la Somalie, est d’un mort et d’une dizaine de blessés. La victime est l’aumônier de la police qui présidait la célébration.
« Une salle du Commissariat de police local où était en cours un service religieux de la communauté Utawala auquel participait un certain nombre de détenus présents dans le complexe a été touchée par l’attentat » déclare à l’Agence Fides S.Exc. Mgr Joseph Alessandro, Evêque coadjuteur de Garissa. « L’objectif semble donc avoir été la police. Il me semble pouvoir affirmer qu’il s’agit plus d’une action politique que d’un assaut motivé par des questions religieuses » souligne Mgr Alessandro.
On suspecte que le crime ait été commis par les extrémistes somaliens Shabaabs, qui ont déjà perpétré des attentats similaires comme rétorsions suite à l’intervention de troupes kenyanes en Somalie. L’Armée kenyane a d’ailleurs joué un rôle décisif dans l’expulsion des Shabaabs de Kismayo, leur citadelle dans le sud de la Somalie (voir Fides 28/09/2012). Malgré la menace d’attentats, selon Mgr Alessandro, « en général, la sécurité règne à Garissa même si on y connaît des attaques terroristes occasionnelles ». « Dans ces cas-là, cependant, on ne sait jamais où et quand les terroristes frapperont » conclut l’Evêque coadjuteur de Garissa. (L.M.) (Agence Fides 05/11/2012)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network