http://www.fides.org

Asia

2012-09-10

ASIE/IRAN - Acquittement d’un pasteur chrétien accusé d’apostasie - de la nécessité d’une révision de la loi

Téhéran (Agence Fides) – Le pasteur chrétien protestant iranien Yousef Nadarkhani, accusé d’apostasie – chef d’inculpation qui lui faisait risquer la peine de mort – a été acquitté et remis en liberté. Il se trouve maintenant à son domicile avec sa famille. La Cour Suprême l’a reconnu coupable « d’évangéliser les musulmans », le condamnant à trois ans de réclusion que le pasteur avait déjà purgé et l’a donc remis en liberté.
« Nous sommes contents de l’heureuse conclusion des vicissitudes du pasteur. La campagne de pression internationale qui a accompagné le cas a été très importante » explique à l’Agence Fides Mahmood Amiry-Moghaddam, fondateur et porte-parole de l’ONG Iran Human Rights. Au travers de la mobilisation qui s’est traduite par exemple par 3 millions d’adhésions sur les réseaux sociaux, il a été possible de sauver le pasteur Nadarkhani mais, ajoute Mahmood Amiry-Moghaddam, « il existe de nombreux autres cas qui n’ont pas la même visibilité. On risque donc la mort pour motifs de conscience. La pression internationale doit se poursuivre afin de demander un changement de la loi. Le choix de la conversion religieuse est un fait intime, qui touche la sphère de la conscience individuelle et qui ne peut ni ne doit devenir un délit ».
Le pasteur Nadarkhani avait été arrêté dans sa ville de Rasht en 2009 et condamné à mort pour apostasie en 2010, décision qui avait été confirmée par la Cour Suprême en 2011. Selon une autre ONG, Christian Solidarity Worldwide (CSW), « on ne peut oublier les centaines d’autres personnes persécutées ou injustement détenues à cause de leur foi en Iran » et il faut donc continuer une campagne en faveur de la liberté religieuse dans le pays.
Ainsi que l’a appris l’Agence Fides, un cas très délicat concerne un autre pasteur protestant iranien, Behnam Irani. Lui aussi se trouve en détention et risque la peine de mort pour apostasie. Actuellement, il est gravement malade et a besoin de soins médicaux qui lui ont jusqu’ici été refusés. (PA) (Agence Fides 10/09/2012)

Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network