AMERIQUE/PEROU - Le Président péruvien annonce l’intervention de l’Eglise dans le dialogue relatif à la question de Cajamarca

lundi, 9 juillet 2012

Lima (Agence Fides) – Après une semaine de fortes contestations à propos du projet minier Conga, contestations qui ont provoqué la mort de cinq personnes à Cajamarca, le gouvernement péruvien a confirmé l’Etat d’urgence dans la région (voir Fides 04 et 05/07/2012), annonçant finalement le début d’un dialogue prévoyant la médiation de l’Eglise catholique. L’annonce en question a été faite à la presse locale par le Président du Pérou en personne, Ollanta Humala.
La note envoyée à l’Agence Fides indique qu’aujourd’hui, lundi 9 juillet, le Président de la Région de Cajamarca, Gregorio Santo, recevra l’Archevêque de Trujillo et ancien Président de la Conférence épiscopale, S.Exc. Mgr Miguel Cabrejos, accompagné par le Père Gaston Garatea, afin d’établir les modalités du dialogue et de faire des propositions en vue de la résolution définitive du problème.
Les habitants de Cajamarca sont en grève depuis plus de 30 jours pour protester contre le projet minier Conga, qui prévoit un investissement de quelques 4,8 milliards de dollars. La population craint la contamination des réserves d’eau locales, qui comporterait de lourdes conséquences pour leur vie. Le gouvernement avait donné le coup d’envoi des travaux après que la Société Yanacocha (qui appartient elle aussi au projet Conga) ait ouvertement accepté les nouvelles conditions fixées par le Président péruvien, Ollanta Humala. Parmi ces conditions figurent la conservation de deux des quatre lacs dont l’assèchement était prévu afin d’en extraire or et cuivre ainsi que la création d’une réserve d’eau quatre fois supérieure à ce qui était proposé initialement, la mise en place d’un fonds social et 10.000 emplois. Mais la population demeure sceptique quant au respect de leurs engagements de la part des sociétés minières. (CE) (Agence Fides 09/07/2012)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network