AMERIQUE/REPUBLIQUE DOMINICAINE - Opposition de l’Eglise locale à la fermeture des « marchés binationaux », moyen de subsistance pour des milliers de familles

mercredi, 4 juillet 2012

Santiago (Agence Fides) – L’Eglise catholique en République dominicaine a exprimé un avis négatif concernant la fermeture des « marchés binationaux » qui se déroulent chaque semaine en différents lieux le long de la frontière avec Haïti, mettant en garde quiconque assurerait la promotion d’une telle mesure en ce qu’elle ne tient pas compte du dommage qu’elle provoquerait à des milliers d’haïtiens et de dominicains qui se pressent dans ces marchés et parviennent à survivre justement grâce à ce type de commerce.
La voix de l’Eglise s’est faite entendre dans un éditorial intitulé « Abandonnés » (Desamparados), publié dans le dernier numéro de l’hebdomadaire « Camino », qui affirme entre autre : « Ceux qui soutiennent la fermeture des marchés binationaux montrent que leur cœur est loin de la frontière ». La semaine dernière, le Premier Ministre d’Haïti, Laurent Lamothe, avait proposé la fermeture des marchés binationaux comme partie intégrante d’une série de mesures visant à éliminer la contrebande et à obtenir une augmentation des entrées fiscales du pays.
L’Eglise avertit que, si ces mesures sont appliquées, les autorités haïtiennes démontreraient de méconnaître les problèmes réels de leurs compatriotes « parce que ce commerce informel entre les deux peuples remonte à la période coloniale et a été renforcé au temps de l’embargo qui a frappé Haïti », des décennies en arrière. Enfin, l’Eglise invite le gouvernement haïtien à ouvrir les portes au commerce « et à ne pas lui faire obstacle, sans quoi son attitude ne fera qu’augmenter la misère. Si le problème est le manque d’entrées dans les caisses de l’Etat haïtien, celles-ci doivent être trouvées ailleurs et non pas en crucifiant les plus pauvres ». (CE) (Agence Fides 04/07/2012)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network