AMERIQUE/HONDURAS - Jeunes en marche pour mettre fin à la violence dans le pays

vendredi, 1 juin 2012

Tegucigalpa (Agence Fides) – Environ 4.000 jeunes honduriens participeront à une marche qui partira le 8 juin de Tegucigalpa pour arriver le 10 juin dans la commune de Talanga, dans la même région centrale du Honduras, Francisco Morazán, afin de demander au gouvernement de désarmer la population civile et de mettre fin à la violence dans le pays, qui enregistre une moyenne de 19 morts par jour. Selon les informations parvenues à l’Agence Fides, la marche (de quelques 50 Km) intitulée « Samaritains par amour » est organisée par la Pastorale des jeunes de l’Archidiocèse de Tegucigalpa, tous les jeunes de la zone étant invités à y participer.
L’un des organisateurs de la marche, Marvin Cruz, a déclaré à la presse locale qu’au cours de la marche, il sera demandé au gouvernement du Président Porfirio Lobo « de désarmer les civils et de mettre fin à la violence au Honduras » sachant qu’en 2011, le pays a enregistré un nombre annuel d’homicides équivalent à 86,5 pour 100.000 habitants selon les données fournies par la Commission des Droits humains (CDH).
La marche, coordonnée également par le Curé de Talanga, le Père Miguel Mejia, se veut une manifestation de ferveur religieuse et « une opportunité pour accroître la conscience des honduriens concernant la possibilité de changer le climat de violence dans lequel vit le Honduras » selon les organisateurs. « Nous voulons sensibiliser l’opinion publique et l’ensemble des citoyens, faire voir que tous les jeunes ne sont pas des criminels » a déclaré Marvin Cruz, qui a tenu à remarquer que cela ne constituera pas la seule initiative pour demander la paix dans le pays. D’autres événements et marches ont en effet eu lieu dans la commune de Cedros, dans l’est de la capitale hondurienne, à Danlí, à Juticalpa (est), à Choluteca (sud), à Comayagua (centre) et à Esperanza.
Toujours selon les données de la CDH (Commission des droits humains), on apprend que la violence au Honduras a fait 46.450 morts entre 2000 et 2011 dont 12.838 enregistrés au cours des 23 premiers mois du gouvernement du Président Lobo. Selon les statistiques de l’Observatoire sur la violence de l’Institut universitaire de la Démocratie, de la Paix et de la Sécurité, 80% des personnes qui meurent sont des jeunes et 78,6% des homicides est commis à l’aide d’armes à feu. (CE) (Agence Fides 01/06/2012)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network