ASIE/BANGLADESH - Environ 700.000 enfants vivent dans les rues

vendredi, 13 avril 2012

Dhaka (Agence Fides) – De par le monde, ce sont 250 millions d’enfants qui vivent dans les rues. Il s’agit des plus pauvres des plus pauvres, totalement marginalisés. Ils vivent, travaillent et dorment dans la rue. Selon les estimations faites par l’organisation espagnole Plan, au Bangladesh les enfants se trouvant dans cette situation sont environ 700.000. Présente dans le pays d’Asie depuis 2002, l’ONG en question travaille en vue de la récupération de ces victimes, en finançant et en coordonnant des centres d’accueil où les recevoir. Ces derniers organisent des cours de couture, des jeux et des activités ainsi que des leçons d’alphabétisation, de théâtre et de musique, alors qu’aux plus grands sont impartis des cours de formation professionnelle. Dans ces centres, les enfants des rues redeviennent des enfants. Au Bangladesh, il est prévu que leur nombre soit de 1,1 millions d’ici 2014. A Dhaka, la capitale, 59% de ces enfants errent dans les rues à la recherche de quelque chose à manger et dorment sur les trottoirs. 80% des mineurs sont des garçons mais la situation est particulièrement grave pour les fillettes qui subissent également la pression et la marque de la prostitution et de la violence sexuelle. Nombre de ces enfants ont abandonné leurs familles parce qu’ils y étaient maltraités. L’objectif de l’ONG Plan est de les récupérer progressivement, leur rendant leur dignité et leur fournissant des instruments afin de sortir de leur condition d’extrême pauvreté. L’ONG travaille au niveau international dans 68 pays et promeut des programmes de développement dans 50 pays d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine afin de limiter la pauvreté des mineurs. L’engagement en faveur des enfants des rues est concentré sur la récupération psychosociale et affective des mineurs en facilitant leur accès à l’instruction par le biais de centres diurnes. Jusqu’à présent, de 1,5 millions d’enfants et leurs familles ont été assistés directement plus alors qu’indirectement, plus de 9 millions de personnes ont été intéressées. (AP) (Agence Fides 13/04/2012)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network