AMERIQUE/SALVADOR - L’occupation de la Cathédrale se poursuit alors que le dialogue est au point mort du fait des « vacances de Pâques »

mardi, 3 avril 2012

San Salvador (Agence Fides) – L'Archevêque de San Salvador, S.Exc. Mgr José Escobar Alas, s’est plaint du fait que, depuis désormais trois mois, la Cathédrale métropolitaine est occupée par un groupe d’anciens combattants, ce qui continue à empêcher le déroulement des célébrations religieuses. « Nous sommes navrés que notre Cathédrale soit encore occupée surtout en un moment spécial comme la Semaine Sainte. C’est pourquoi, nous demandons une fois encore aux personnes se trouvant à l’intérieur de réfléchir et de désister de cette mauvaise action qui va à l’encontre du respect et de l’honneur de Dieu, violant par ailleurs le droit des personnes à adorer Dieu dans son temple » a déclaré l’Archevêque en parlant avec la presse.
Selon des sources locales de Fides, l’Archevêque a souligné que cette situation constitue une violation du droit fondamental à la liberté de culte, garantie par l’article 25 de la Constitution de la République. Entre temps, les occupants ont exprimé leur disponibilité à négocier et à quitter les locaux de l’église. Camilo Artiga, l’un des occupants, a expliqué que cette action de force se poursuit parce que le processus de négociation s’est arrêté pour les vacances de Pâques. « Le gouvernement de la République et l’Archevêque connaissent notre bonne volonté s’agissant de la poursuite des négociations et de la remise du temple avant la Semaine Sainte, mais cela n’a pas été possible parce que les autorités gouvernementales sont parties en vacances » a déclaré Artiga. Les occupants ont en outre critiqué les propos de Mgr Escobar Alas, lorsque ce dernier a déclaré que leur décision constituait « un acte irrespectueux » envers les fidèles.
Les anciens combattants, qui sont entrés dans la Cathédrale et l’occupent depuis le début du mois de janvier, ont communiqué qu’ils n’ont pas l’intention de l’évacuer tant que ne sera pas instituée une commission afin de négocier avec le gouvernement. Les requêtes des anciens combattants concernent leur réintégration comme vétérans de la police, la réintégration de leur représentant au Parlement et la reconnaissance de leur syndicat (voir Fides 16/01/2012). Ils ont en outre insisté sur leur bonne volonté en ce que, bien que n’étant parvenus à aucun accord, ils ont ouvert la Cathédrale de manière à permettre aux fidèles de rendre hommage à la tombe de Mgr Romero le jour anniversaire de son assassinat. « Il dépend entièrement du gouvernement d’arriver à un véritable accord et si l’on parvient à un accord, les fidèles pourront venir à la Messe à la Cathédrale dès demain » a déclaré Artiga. (CE) (Agence Fides 03/04/2012)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network