AMERIQUE - Le Père Kino, missionnaire « à cheval » entre différentes populations et culture dont le message est encore actuel

mercredi, 7 mars 2012

Rome (Agence Fides) – Ces jours-ci, s’achève le 3ème centenaire de la mort d’un homme qui appartient à différents peuples et nations. Italien de naissance, originaire de la Val de Non, dans le Trentin, allemand de par son éducation et de par sa formation, américain en ce que reconnu fondateur de l’un des Etats américains, l’Arizona, et donc présent depuis 1965 au temple de la Renommée de Washington parmi les grands des Etats-Unis d’Amérique et enfin mexicain parce que sa tombe se trouve à Magdalena de Kino, dans le nord de l’Etat de Sonora, où il a longuement œuvré dans différents domaines humains et chrétiens.
Le Père Eusebio Francesco Chini naquit le 10 août 1645 à Segno, dans le Principat épiscopal de Trente et mourut, à 65 ans, le 15 mars 1711, à Magdalena de Kino, dans l’Etat mexicain actuel de Sonora.
Echappant à la mort par l’intercession de Saint François Xavier, Jésuite par vocation, tiré au sort parmi ses compagnons pour la mission américaine, le Père Kino (nom qu’il modifia lui-même pour s’adapter aux populations parmi lesquelles il oeuvrait) partit pour la mission de Primeria Alta, en Nouvelle Espagne, en 1687. Parmi ces populations indigènes où il oeuvra inlassablement comme homme de Dieu pour l’annonce de l’Evangile, il se fit également agronome, botaniste, astronome, cartographe et historien.
On le représente généralement à cheval, toujours occupé à parcourir un territoire immense et à rencontrer les populations des « Pima » (qui peut être traduit littéralement par « Je ne sais pas, je ne connais pas » ndt) dans leurs divers centres ou dans les différentes stations missionnaires qu’il avait lui-même construites. Fondateur de différentes communautés chrétiennes mais ne pouvant résider en permanence au sein de l’une d’entre elle du fait de son intense activité itinérante, il désignait des chefs de communauté qui prenaient soin du bien spirituel des communautés en question. Dans l’impossibilité de connaître les diverses langues locales, il annonçait l’Evangile au moyen de traducteurs qui l’accompagnaient afin de transmettre la Parole de Dieu dans la langue des différentes ethnies.
Un homme qui vécut à cheval entre deux siècles, le XVII° et le XVIII° siècle, émerge parmi nous de par son actualité et de par son engagement qui le fait incarner le message évangélique parmi les différentes populations et cultures afin de nous dire combien il est important que nous, hommes d’aujourd’hui, nous ouvrions à la réalité mondiale avec tous nos moyens et capacités, humaines et scientifiques.
L’année dernière, ont été célébrés différents événements au Mexique, aux Etats-Unis d’Amérique et en Italie, en particulier dans le Trentin, sa terre natale. Le Pape, lors de l’audience de ce jour, a reçu une nombreuse délégation de ses compatriotes pour couronner l’événement conclusif de ce troisième centenaire de sa mort. Le procès canonique de béatification du Père Kino est également à un stade avancé.
Nous aussi, levons les yeux vers lui afin que, sur le chemin missionnaire de l’Eglise d’aujourd’hui, nous sachions toujours utiliser, de manière vertueuse et sainte, tous les moyens pour atteindre les hommes et transmettre avec puissance la force de la bonne nouvelle de l’Evangile. (P.Gerardo Caglioni sx) (Agence Fides 07/03/2012)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network