AMERIQUE - Le drame des prisons surpeuplées en proie à la violence et l’action de l’Eglise

vendredi, 17 février 2012

Rome (Agence Fides) – Le Saint-Père Benoît XVI a exprimé sa profonde douleur pour les victimes de l’incendie qui a dévasté, le 15 février, la prison de Comayagua, au Honduras, provoquant des centaines de morts et des dizaines de blessés (voir Fides 16/02/2012). Dans un message signé par S. Em. le Cardinal Tarcisio Bertone, Secrétaire d’Etat de Sa Sainteté, Benoît XVI élève de « ferventes prières » pour les plus de 350 morts, manifestant sa « proximité spirituelle » aux familles et souhaitant « une prompte et totale guérison des blessés ». Le Pape, en un moment « de si grande tristesse » invoque sur tous « la protection aimante de Notre-Dame de Suyapa ».
La triste situation dans laquelle se trouvent les prisons surpeuplées d’Amérique latine est malheureusement diffuse mais l’action de l’Eglise visant à assister les détenus et à solliciter des autorités la résolution des problèmes les plus urgents ne fait pas défaut. Au Chili, l’Eglise a dénoncé à diverses reprises cette réalité dramatique : en décembre 2010, 81 détenus perdaient la vie dans une rébellion due au fort surpeuplement (voir Fides 10/12/2011). Au Venezuela, à la fin de juillet 2011, S.Em. le Cardinal Urosa a demandé au Ministre Iris Varela d’adopter des mesures visant à améliorer les conditions de vie des quelques 49.000 détenus du pays. Pendant plusieurs mois, le Cardinal Urosa et les Evêques du Venezuela avaient lancé des appels afin de résoudre la situation des prisons nationales, surtout après les terribles actes de violence de juin 2011 intervenus dans la prison « Internado Judicial Capital El Rodeo I » de Guatire dans l’Etat de Miranda (voir Fides 18/06/2011).
« Il faut construire de nouvelles prisons. Il faut affronter de manière intégrale et urgente ce problème. Il n’est pas possible que les prisons soient ce qu’elles sont aujourd’hui, contrôlées par les détenus les plus violents » a affirmé le Cardinal Urosa (voir Fides 01/08/2011), réaffirmant ce qu’il avait dit précédemment : « C’est seulement au travers de modifications efficaces du système carcéral que le pays pourra résoudre ce problème » (voir Fides 24/06/2011).
Au Mexique, l’Eglise catholique est active dans 482 des 489 établissements pénitentiaires du pays où se trouvent plus de 220.000 détenus et où plus de 4.000 opérateurs pastoraux rendent visite aux détenus au moins une fois par semaine. Dans certaines prisons, la présence de l’Eglise catholique fait défaut seulement parce que les autorités la rend difficile, s’agissant de quartiers de haute sécurité (voir Fides 13/07/2011).
Parfois, il existe des tensions entre l’Eglise et les autorités responsables, comme lorsqu’il a été interdit à un Evêque d’entrer dans une prison d’Etat parce qu’il avait osé dire que les animaux du jardin zoologique étaient mieux nourris que les détenus de son Diocèse. Pour toute réponse, le gouverneur ne l’a laissé entrer dans aucune prison pendant trois ans (voir Fides 13/07/2011).
En Colombie, selon les dernières statistiques de l’Institut national pénitentiaire et des Prisons (INPEC), les infrastructures pénitentiaires du pays disposent d’une capacité de 72.785 places mais elles accueillent actuellement environ 91.000 détenus. Le problème du surpeuplement des prisons a également constitué l’un des thèmes traités lors de la Rencontre régionale du Centre de pastorale des prisons en 2011 (voir Fides 11/06/2011).
Au Salvador, 23 jeunes détenus sont morts dans un incendie en novembre 2010 (voir Fides 15/11/2010). L’Eglise du Salvador avait déjà manifesté par le passé sa préoccupation quant à la situation des prisons du pays (voir Fides 11/10/2010). La prison d’Ilobasco, où a eu lieu l’incendie, est un centre pénitentiaire pour les jeunes de plus de 18 ans condamnés alors qu’ils étaient mineurs et qui ne peuvent purger leur peine dans les prisons des adultes. En effet, les victimes de l’incendie avaient de 19 à 25 ans. Selon des données diffusées par les moyens de communication de masse, le système carcéral salvadorien compte 15.207 détenus condamnés dont 927 femmes. Par ailleurs, il accueille également 8.324 détenus dont 1.251 femmes en attente d’une sentence définitive. (CE) (Agence Fides 17/02/2012)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network