http://www.fides.org

Asia

2011-10-08

AFRIQUE/CAMEROUN - « L’avenir du Cameroun est entre nos mains » rappellent les Evêques à l’occasion des élections présidentielles de demain

Yaoundé (Agence Fides) – Plus de 7 millions d’électeurs son appelés aux urnes demain, dimanche 9 octobre, afin d’élire le Chef de l’Etat du Cameroun. Sur 23 candidats, le favori demeure le Président sortant, Paul Biya, au pouvoir depuis 29 ans.
Afin de contribuer à un déroulement correct et serein de cette consultation, les Evêques du Cameroun ont décidé de déployer sur le territoire national des observateurs électoraux indépendants. Le 30 mai, la Conférence épiscopale a en outre publié une Lettre pastorale dans laquelle sont exprimées ses considérations à propos des élections. « L’avenir du Cameroun est entre nos mains » écrivent les Evêques, rappelant la responsabilité de chaque citoyen du pays qui est d’œuvrer pour la paix et la construction du Bien commun.
La Lettre souligne les valeurs fondamentales qui « font la grandeur d’une nation et s’imposent à nous ». Parmi celles-ci se trouvent la dignité de tous être humain (qui comporte entre autre le respect des droits de l’homme, de la femme et de l’enfant ainsi que de la vie humaine, de la conception à la mort naturelle), le respect du bien commun au travers d’une juste répartition des ressources de la nation « afin qu’aucun citoyen ne se sente exclu des effets de la croissance », la sauvegarde des biens publics « qui devra se concrétiser dans notre cas par la restitution des fonds publics de la part de ceux qui ont été reconnus coupables de leur détournement », l’unité nationale dans la diversité des tribus et ethnies « pour construire la nouvelle famille qu’est la nation », un système de sécurité sociale et un système sanitaire à des coûts accessibles à tous.
Dans la Lettre pastorale en question, tous les électeurs sont invités à se rendre aux urnes et à refuser toute forme de violence et de provocation. Dans le même temps, les autorités, les candidats et les partis politiques, ainsi que les forces de l’ordre et les opérateurs des media, sont invités à œuvrer pour la paix et en vue du déroulement correct du scrutin, en évitant toute forme de manipulation.
Les Evêques demandent enfin à la communauté internationale de respecter la souveraineté du pays et d’observer « une totale neutralité au cours du processus électoral ». (L.M.) (Agence Fides 08/10/2011)

Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network