AFRIQUE/BURUNDI - Les Evêques du Burundi expriment au Chef de l’Etat leurs préoccupations à propos des conditions d’insécurité intéressant une partie du pays

vendredi, 19 août 2011

Bujumbura (Agence Fides) – Les Evêques du Burundi ont exprimé au Chef de l’Etat leur satisfaction s’agissant des bonnes relations entre l’Etat et l’Eglise mais, dans le même temps, ils se sont déclarés préoccupés par l’insécurité qui règne dans différentes zones du pays.
Selon une note envoyée à l’Agence Fides par le Père Lambert Niciteretse, Secrétaire général de la Conférence épiscopale du Burundi (CECAB), la Conférence des Evêques catholiques du Burundi a été reçue en audience par Son Excellence Monsieur le Président de la République du Burundi, M. Pierre Nkurunziza, au lendemain de la Fête de l’Assomption.
Le Président de la Conférence, S.Exc. Mgr Gervais Banshimiyubusa, Evêque du diocèse de Ngozi, a présenté au Président de la République l’essentiel du message convenu au sein de la Conférence et chaque Evêque a eu l’occasion d’intervenir pour compléter ou appuyer ce message.
Les Evêques ont remercié le Président de la République pour les bonnes relations de collaboration entre l’Eglise et l’Etat ainsi que pour toutes les bonnes initiatives qu’il prend pour asseoir la démocratie, renforcer le processus de paix et aider la population à sortir de la pauvreté.
Les membres de la Conférence épiscopale ont également fait part au Président de la République de leurs préoccupations et inquiétudes concernant la vie sociopolitique du pays. Ces inquiétudes concernent d’abord l’insécurité qui semble grandissante dans certains coins du pays, au moment où le Gouvernement ne cesse de rassurer que tout est calme et cela risque de compromettre le processus démocratique. Il y a ensuite la pauvreté qui frappe durement la population.
Les Evêques se sont également exprimés au sujet de la Commission "Vérité et Réconciliation" dont les résultats escomptés risquent d'être compromis par l'insécurité physique et la méfiance entre les politiciens. Ils ont enfin souhaité qu’il y ait un vrai dialogue inclusif entre les différents protagonistes pour éviter la voie de la violence.
Les Evêques ont conclu leur intervention en promettant de continuer à donner leur contribution à la paix et au développement humain et social, notamment à travers de la prière pour la paix au Burundi, de la proclamation de la Parole de Dieu, du processus des synodes diocésains qui engagent les chrétiens dans la voie de l’édification d’une culture de paix et de réconciliation, des œuvres socio-éducatives et de développement et de l’invitation incessante à tous les protagonistes de quitter la voie des violences et savoir régler leurs différends par le dialogue
Dans sa réponse, le Président de la République a remercié l’Eglise Catholique pour sa contribution. Puis il a pris son temps pour montrer aux Evêques que la situation était sous contrôle et que le pays se trouvait dans une phase où tous les espoirs sont permis sur tous les plans. (L.M.) (Agence Fides 19/08/2011)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network