http://www.fides.org

Europa

2003-06-23

EUROPE / ITALIE - POUR COMBATTRE LA DROGUE IL EST INDISPENSABLE DE PARTIR DE LA VALEUR TRANSCENDANTE ET UNIQUE DE L’HOMME : OUVERTURE LE 23 JUIN DU SYMPOSIUM A L’OCCASION DE LA JOURNEE MONDIALE CONTRE LA DROGUE

Rome (Agence Fides) – Les Nations-Unies, le Vatican, et les communautés thérapeutiques travaillent ensemble pour combattre un phénomène non seulement sanitaire et psychologique, mais surtout culturel, social, éthique et politique. A l’occasion de la Journée mondiale contre la drogue fixée le 26 juin par les Nations-Unies, se sont réunis à Rome les représentants de l’ONU, de l’Eglise, des Pays producteurs et consommateurs de drogue, des communautés thérapeutiques italiennes, pour analyser le problème de la toxico-dépendance, non pas seulement d’un point de vue sanitaire et psychologique, mais surtout culturel, social, éthique et politique.
L’occasion est le Symposium international qui s’est ouvert le 23 juin sur le thème suivant : « Prendre soin de l’autre : la toxico-dépendance entre expérience et morale », organisé par la Fédération italienne des communautés thérapeutiques et par l’Institut de recherche et formation « Projet homme », en collaboration avec le Conseil Pontifical pour la Pastorale de la Santé. Pendant le Symposium qui se terminera le 24 juin, on publiera en avant-première le message du Secrétaire général de l’ONU, M. Kofi Annan pour la Journée contre la drogue.
Il y a aura plusieurs orateurs : S. Exc Mgr Javier Lozano Barragan, Président du Conseil Pontifical pour la Santé ; Tony Anatrella, psycho-analyste français et spécialiste des problèmes de l’adolescence ; Ricardo Grimson, psychiatre et responsable pour les toxico-dépendances du Gouvernement argentin ; S. Exc. Mgr Angelo Bagnasco, Secrétaire de la Commission pour l’Education, l’Ecole et l’Université, de la Conférence Episcopale d’Italie ; Agnès Heller, philosophe hongroise juive, rescapée de l’occupation nazie et soviétique, particulièrement connue en Italie pour ses études sur la justice et la liberté ; le théologien moraliste Giuseppe Angelini, spécialiste des influences culturelles dans les problèmes sociaux. Il y aura en outre des sessions spéciales réservées à des expériences d’intérêt particulier qui montreront les dessous du projet de distribution contrôlée d’héroïne ; l’évolution du phénomène de la drogue dans les pays de l’Est ; les difficultés de récupération pour les toxicomanes immigrés ; les expériences des Communautés dans les pays producteurs de cocaïne ; la situation au Moyen-Orient dans les principaux pays producteurs d’opium, après les récents conflits ; la description de la situation sur la toxico-dépendance en Afrique.
Dans l’exposé d’ouverture du Congrès, Mgr Lorenzo Barragan a parlé en particulier de la pensée du Saint-Père dans son magistère concernant la toxico-dépendance. Il a passé en revue plusieurs points, en partant du Congrès ecclésial sur la drogue « Solidaires pour la vie » » organisé par le Conseil Pontifical dont il est le Président, qui s’est tenu à Rome en 1997, et constitue une réponse claire et exhaustive du Saint-Siège à la dégénération éthique et à la désintégration sociale causées par le drogue.
Il a présenté ensuite les enseignements du Saint-Père concernant le phénomène de la drogue, ses causes, les racines et les raisons, puis a exposé un jugement moral et les suggestions proposées comme remède. « L’opinion de l’Eglise sur l’immoralité de l’abus de la drogue est claire : la drogue est l’opposé des valeurs et il ne peut y avoir de moralité sans valeur. A la base du problème de l’abus de la drogue, de sa production, de sa distribution et de sa commercialisation, il y a une carence des valeurs authentiques qui représentent la véritable réalisation de l’homme. Il y a de nombreuses actions nécessaires pour une bataille efficace contre l’abus de la drogue, mais il y en a une qui est fondamentale sans laquelle on ne peut atteindre l’objectif : l’action de restaurer dans toute sa force la conviction de la valeur transcendante et unique de l’homme et de sa responsabilité de libre autoréalisation ». (A.P.)(Agence Fides, 23 juin 2003, 51 lignes, 654 mots)

Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network