ASIE/MALAISIE - Déclaration de l’Archevêque de Kuala Lumpur : « Une rencontre entre la voix de la modération et la voix de la paix »

mardi, 19 juillet 2011

Cité du Vatican (Agence Fides) – « La voix de la modération – à savoir le Premier Ministre Najib Razak – a rencontré la voix de la paix, de la justice, des droits de l’homme, de la foi dans le bon sens qu’est le Saint-Père Benoît XVI. Je suis très heureux de cette rencontre et de ses résultats et j’espère qu’elle pourra porter des fruits abondants. Je souhaite qu’elle puisse trouver un large écho et avoir des conséquences positives également dans notre pays » : c’est par ces mots que S.Exc. Mgr Murphy Pakiam, Archevêque de Kuala Lumpur, a commenté à l’Agence Fides la rencontre d’hier entre le Pape et le Premier Ministre de Malaisie au terme de laquelle le Saint-Siège et la République de Malaisie ont annoncé l’établissement de relations diplomatiques.
L’Archevêque, qui a participé à la rencontre et a été, selon des sources de Fides, l’un des médiateurs qui a permis la réalisation de ce pas historique, a remarqué dans le cadre d’un entretien accordé à Fides, le caractère cordial du climat existant entre les délégations pontificale et malaisienne, rappelant que le Premier Ministre a présenté son plan pour un « Mouvement global des modérés ». En ce qui concerne l’Eglise locale, elle « considère l’avenir avec espérance et confiance » a déclaré l’Archevêque, comptant sur une amélioration continue des rapports institutionnels. Parmi les besoins et les requêtes de la communauté chrétienne signalés à l’attention de l’exécutif, note Mgr Pakiam, « se trouvent la constitution d’un Conseil interreligieux – projet qui a été lancé par le passé ; l’institution d’un Ministère pour les non musulmans ; l’examen de la question de l’instruction et des écoles catholiques qui, au fil du temps, ont été nationalisées de facto par le gouvernement, ce dernier en ayant pris le contrôle. A ce propos, l’Eglise demande à pouvoir redevenir protagoniste de la formation des jeunes et à pouvoir dépenser son énergie dans le domaine de l’instruction de qualité ».
Les espérances et les attentes de la communauté catholique en Malaisie sont nombreuses et les réactions ont été très positives, confient des sources de Fides même si les problèmes brûlants persistent : l’usage du terme Allah de la part des non musulmans – à propos duquel est en cours une bataille légale – ; la sauvegarde des droits de l’homme et de la liberté religieuse de l’ensemble des citoyens, sans aucune discrimination ; la présence de cours islamiques et de courants intégristes dans la réflexion et la jurisprudence islamique, courants qui tendent à contrôler et à imposer des limitations à la vie de l’ensemble de la population malaisienne. (PA) (Agence Fides 19/07/2011)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network