http://www.fides.org

intention missionnaire

2010-10-29

INTENTION MISSIONNAIRE “Pour que les Eglises d'Amérique Latine continuent la Mission Continentale confiée par leurs évêques, en l’intégrant dans la tâche missionnaire universelle du Peuple de Dieu” - Commentaire de l’Intention Missionnaire de novembre 2010

Cité du Vatican (Agence Fides) - Du 13 au 31 mai 2007 a eu lieu à Aparecida (Brésil), la cinquième Conférence Générale de l’Épiscopat d'Amérique Latine et des Caraïbes, qui a été inaugurée par la présence et les paroles du Pape Benoît XVI. Elle avait pour thème “Disciples et missionnaires de Jésus-Christ, afin que nos peuples aient la vie en Lui”. Dans le message final du 29 mai 2007, les évêques ont exprimé leur désir, en union avec toute l'Église, de “rassembler tous les frères et sœurs du continent pour transmettre l'amour de Dieu et le nôtre”. Grâce à la puissance de l'Esprit Saint, ils ont donc demandé à tous les catholiques, dans l’unité et l’enthousiasme, de faire une Grande Mission Continentale. Cette mission doit être une nouvelle Pentecôte qui encourage les gens à aller d'une façon particulière, vers ces catholiques qui se sont éloignés et vers ceux qui connaissent peu ou rien de Jésus-Christ. Cette mission devrait atteindre tout le monde, être permanente et profonde. Tous doivent se sentir la responsabilité d'évangéliser ceux qui leur sont les plus proches, ceux vivant dans leur propre pays ou qui leur sont rattachés par les liens du sang, se rendant compte qu’il s’agit de coopérer concrètement à la volonté du Christ, qui est que l'Evangile atteigne “le monde entier”. L'Église en Amérique Latine est bénie par Dieu avec de nombreuses vocations. Ceux qui ont reçu l'Evangile de la vieille Europe, sont maintenant des missionnaires dans de nombreuses régions de l'Occident chrétien qui traverse actuellement une grave crise. Dans son discours inaugural que le Saint-Père a adressé aux participants de la cinquième Conférence générale de l’Épiscopat d'Amérique Latine et des Caraïbes, Benoît XVI a rappelé que la foi chrétienne a signifié pour l'Amérique latine connaître et accueillir le Christ, le Dieu inconnu que leurs ancêtres cherchaient, sans le savoir, dans leurs traditions religieuses. A travers les eaux du Baptême ils ont reçu la vie divine, l'incomparable dignité d'être enfants de Dieu. Le pape a également déclaré que “l'annonce de Jésus et de son Evangile n'a été, à aucun moment, une aliénation des cultures précolombiennes, ni l'imposition d'une culture étrangère” (Benoît XVI, Discours inaugural, le 13 mai 2007). Commentant le thème de la conférence, “Disciples et missionnaires de Jésus-Christ, afin que nos peuples aient la vie en Lui”, le pape a noté que les baptisés sont convaincus qu'ils peuvent trouver dans le Christ la vie divine, et pour cela ils veulent porter à tous le don qu'ils ont trouvé en Lui. L'Église doit toujours suivre le chemin de l'Evangile, sans recourir à des critères empruntés à l'idéologie, non seulement étrangère à l’Évangile mais aussi en contradiction avec celui-ci. Pour faire ce travail d'évangélisation et de proclamation, la condition indispensable est la connaissance de la Parole de Dieu, “car comme comment annonceraient-ile un message dont ils ne connaîtraient pas en profondeur le contenu et l'esprit ?” (Benoît XVI, ibid.). Nous ne pouvons pas oublier que l'évangélisation a toujours été liée au développement humain et à l’authentique libération chrétienne. Ainsi, Benoît XVI affirme : “L'amour de Dieu et l'amour du prochain se fondent ensemble : dans le plus petit, nous rencontrons Jésus lui-même, et en Jésus nous trouvons Dieu” (Deus Caritas est, 15). Il faut devenir disciple à pouvoir être missionnaire. Apostolat et de mission sont comme les deux faces d'une même médaille : lorsque le disciple est amoureux du Christ, il ne peut manquer de proclamer au monde que Lui seul est notre salut. Ensemble, avec les évêques d'Amérique latine, prions donc afin que le Continent de l'Espérance puisse être aussi le continent où tous les fidèles se sentent missionnaires de l'amour, de la vie et de la paix de Jésus-Christ. (Agence Fides 29/10/2010 ; 42 lignes, 616 mots)

Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network