http://www.fides.org

Africa

2003-06-06

AFRIQUE / RWANDA - LA CHARITE EVANGELIQUE DEPASSE LES DIVISIONS ET LA CULURE DE LA VIOLENCE POUR CONSTRUIRE UNE SOCIETE NOUVELLE

Kigali (Agence Fides) – La Charité est l’instrument pour dépasser les haines et les divisions qui traversent encore le Pays, et nous offrons un contribution significative dans ce but », déclare à l’agence Fides Mme Marie Grâce Mukabyagaju, Présidente du Conseil National de la Société Saint Vincent de Paul du Rwanda.
« La Société de Saint Vincent de Paul au Rwanda comprend des personnes provenant de toutes les régions du Pays, et nos activités caritatives attirent aussi les membres d’Eglises non catholiques. Nos activités principales sont l’assistance hospitalière et l’aide aux enfants qui vont à l’école. Dans le premier cas, nous assurons les repas quotidiens à tous les malades indigents ou sans familles. Dans l’hôpital de Kigali, la Capitale, notre activité est très appréciée, et nos membres sont aidés par dans leur œuvre par des protestants et par des musulmans, touchés d’une telle charité à l’égard de l’humanité souffrante.
« Pour ce qui concerne les écoles, il y a de nombreux enfants orphelins, en raison des violences des années passées. En conséquence, de nombreux enfants et jeunes sont laissés à eux-mêmes et deviennent la proie de la délinquance. Nous avons donc créé un projet de scolarisation pour ces jeunes, pour les enlever des rues. Nous leur offrons une aide économique, et nous travaillons pour qu’ils soient éduqués à al paix et à la réconciliation. A ce sujet, nous avons constitué une Commission pour l’animation et la spiritualité, afin de cultiver l’esprit de paix, de justice et de charité. Nous aidons aussi les réfugiés qui ont fui les persécutions dans les années passées, à s’installer dans le pays. Nous donnons aux réfugiés, aux veuves notamment, une aide pour la reconstruction de leurs maisons, et nous aidons les communautés rurales par des projets dans le domaine de l’agriculture et de l’élevage ». (L.M.)
(Agence Fides, 6 juin 2003, 26 lignes, 319 mots)

Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network