http://www.fides.org

Asia

2004-06-02

ASIE / PHILIPPINES - « Aux Philippines, il faut un gouvernement d’unité nationale pour pacifier le pays et résoudre les problèmes économiques », déclare un missionnaire à l’agence Fides

Manille (Agence Fides) - « Aux Philippines, il faut un gouvernement d’unité nationale pour pacifier le pays et résoudre les problèmes qui affligent l’économie, la politique et la société : taux élevé de chômage et de pauvreté, corruption, signature de la paix avec les rebelles islamistes et avec les rebelles d’inspiration communiste », a déclaré à l’agence Fides le Père Eliseo Mercado, responsable du Bureau de Justice et Paix des Missionnaires Oblats de Marie Immaculée ; il a été pendant des années professeur à l’Université Notre-Dame de Cotabato à Mindanao, île située dans le sud des Philippines. « Cela se produisit déjà au temps de Ramos, rappelle-t-il, avec la formation d’un gouvernement qui fut appelé Coalition Arc-en-ciel ».
Pour l’instant, le Congrès philippin vérifie les résultats des élections du 10 mai, concernant le Président et le Vice-président, en procédant à un contrôle des bulletins qui devra se terminer au plus tard le 30 juin date à laquelle se termine le mandat de la Présidente sortante, Mme Gloria Macapagal Arroyo ; les sondages électoraux la donnent favorite avec quelques points de pourcentage d’avance sur le principal candidat d’opposition l’acteur Fernando Poe.
Pour le Père Mercado « les opérations de vote se sont déroulées généralement de manière correcte, même si l’on ne peut exclure des fraudes dans des régions éloignées de montagnes ou dans les îles les plus éloignées où les gens n’ont pas une grande formation et éducation civique ». Mais, déclare-t-il, « une nouvelle manifestation populaire de masse n’est pas probable parce que, même si des franges contestent les élections, les gens semblent être assez satisfaits. Et même le spectre d’une nouvelle révolution populaire agité par le candidat Poe, ne semble pas réaliste ».
Commentant la situation actuelle, le missionnaire souligne qu’est en cours aux Philippines un affrontement entre les groupes économiques et politiques, pour conquérir les sommets du pays. La politique du pays est en effet depuis longtemps aux mains d’une oligarchie de grandes familles qui détiennent le pouvoir. (P.A.)
(Agence Fides, 2 juin 2004, 28 lignes, 358 mots)

Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network