INTENTION MISSIONNAIRE - « Pour que les communautés chrétiennes de l’Asie, en contemplant le visage du Christ, sachent trouver les voies les plus justes pour l’annoncer aux populations de ce vaste continent, riche de cultures et d’anciennes formes de spiritualité, dans la pleine fidélité à l’Evangile » Commentaire de l’Intention missionnaire proposée par le Saint-Père pour le mois de novembre 2008

mardi, 28 octobre 2008

Rome (Agence Fides) – Il est nécessaire de lire avec attention l’intention missionnaire de ce mois. Chaque parole du Saint-Père contient un sentiment profond et rend manifeste certains aspects importants de la mission en Asie. En premier lieu nous pouvons regarder la nécessité de « contempler le visage du Christ ». C’était déjà l’appel de Jean-Paul II au début du troisième millénaire : « Notre témoignage serait cependant excessivement pauvre si nous les premiers nous n’étions pas des contemplateurs de son visage » (NMI, 16). On ne peut annoncer si on ne connaît pas à travers la contemplation intime.
Cette contemplation s’avère en effet indispensable pour l’annonce, car il ne peut y avoir de vraie évangélisation sans l’annonce explicite du Christ. La proclamation des valeurs humaines ne suffit pas. « Il ne peut y avoir de vraie évangélisation sans la proclamation explicite que Jésus est le Seigneur. Le Concile Vatican II, et depuis, le Magistère, en répondant à une certaine confusion autour de la vraie nature de la mission de l’Eglise, ont souligné à plusieurs reprises le primat de la proclamation de Jésus-Christ dans toute activité d’évangélisation » (Ecclesia in Asia, 19).
Un autre aspect qui doit être signalé est l’urgence missionnaire des Eglises jeunes. On ne peut tomber dans la tentation de penser que les Eglises jeunes peuvent seulement accueillir des évangélisateurs. La mission est si essentielle à l’Eglise, que toute Eglise, même jeune, est appelée à annoncer l’Evangile et à être elle-même missionnaire. « Le Bon Pasteur invite même les Eglises de récente évangélisation à se consacrer généreusement à la mission ad gentes » (Message de Benoît XVI pour la Journée missionnaire mondiale 2007). Les Eglises d’Asie doivent aussi assumer le devoir d’évangéliser leur continent. Comme l’a affirmé le Saint-Père Benoît XVI dans sa Lettre sur l’Eglise catholique dans la République populaire chinoise, « de même que pendant le premier millénaire chrétien la Croix a été plantée en Europe et pendant le second en Amérique et en Afrique, ainsi pendant le troisième millénaire une grande moisson de foi sera récoltée dans le vaste et vital continent asiatique » (n. 3).
Même si on a toujours l’impression, en regardant avec des yeux simplement humains, que le devoir de l’évangélisation dépasse nos forces, nous devons avoir confiance en l’action intime de l’Esprit Saint. Il travaille dans le cœur de tout homme pour l’ouvrir à la vérité et au bien, à la beauté et à l’amour. « Tu nous as fait pour toi, Seigneur, et notre cœur est inquiet tant qu’il ne repose pas en toi » disait saint Augustin dans ses Confessions. C’est pourquoi, « l’Eglise est convaincue que dans la profondeur du cœur des hommes, des cultures et des religions de l’Asie il y a une soif d’« eau vive » (cf. Jn 4, 10-15), soif que le Saint-Esprit lui-même suscite et que seul Jésus Sauveur pourra pleinement rassasier. (Ecclesia in Asia, 18).
Benoît XVI fait référence à la grande variété et à la complexité des situations en Asie. Il s’agit d’un continent riche de cultures et de religions. Ni le respect ni l’estime pour ces religions n’implique pour l’Eglise une invitation à taire l’annonce de Jésus-Christ aux non chrétiens. Nous devons travailler toujours « selon la vérité dans la charité » (Eph. 4, 15) et proclamer la Bonne Nouvelle avec respect et estime pour ceux qui l’écoutent. « Une proclamation qui respecte les droits de la conscience ne viole pas la liberté, à partir du moment où la foi demande toujours une réponse libre de la part de l’individu. (Ecclesia in Asia, 20).
Si l’Eglise d’Asie est riche de quelque chose, c’est du témoinage du martyre. Combien de nos frères et soeurs ont donné leur vie dans l’Evangile, dont un grand nombre n’est connu que de Dieu! Leur exemple est source de richesse spirituelle et c’est un grand moyen d’évangélisation. « Par leur silence, ils parlent encore plus puissamment de l’importance de la sainteté de vie et du fait qu’il faut être prêt à offrir sa vie pour l’Evangile ». (Ecclesia in Asia, 9).
Faisons nôtre ce mois-ci la prière de Jean-Paul II à Marie, placée au terme de son Exhortation apostolique “Ecclesia in Asia” (51): “O Sainte Mère, Fille du Très-Haut, Vierge Mère du Sauveur et Notre Mère, tourne ton regard de tendresse vers l’Eglise que ton Fils a planté sur le sol d’Asie. Sois son guide et son modèle, tandis qu’elle poursuit sa mission d’amour et de service de ton Fils en Asie ». (Agence Fides 28/10/2008 Lignes 56 Mots 807)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network